Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 21.08.2012 08h51
Les nouveaux médias deviennent la première source de sujets chauds

Près des deux tiers des sujets chauds qui ont attiré l'attention du public en Chine en 2011 ont émergé grâce aux nouveaux médias, notamment sur les réseaux sociaux, forums et portails d'information, marquant une énorme augmentation par rapport à quelques années auparavant, selon un rapport publié samedi par le laboratoire de recherche sur l'opinion publique de l'Université Jiao Tong de Shanghai.

Les chercheurs responsables de l'étude, la deuxième du genre, ont analysé 1 420 questions qui ont retenu l'attention du public en Chine entre 2007 et 2011, afin de saisir où et comment l'opinion publique s'exprime, ainsi que les lieux où les questions qui retiennent l'intérêt de la population émergent.

Dans l'étude, les sujets chauds ont été définis par plusieurs critères, y compris le trafic en ligne qu'ils ont suscité, le nombre de commentaires et renvois reçus par des récits liés à un problème, et l'espace consacré à la couverture de cette question par les sites Web et les journaux, explique Xie Yungeng, compilateur en chef du rapport et directeur du laboratoire.

« L'actualité est de plus en plus une expérience sociale partagée, compte tenu du fait que l'Internet et les appareils mobiles connectés au Web gagnent en popularité », a déclaré M. Xie.

Parmi les 471 sujets chauds qui ont émergé en 2011, plus de 300, ou 65,2 %, ont d'abord été exposés au public par l'intermédiaire des microblogs, ou Weibo selon le nom de la principale plateforme chinoise, des forums et des portails en ligne, tandis que les 145 questions restantes ont été mises en lumière par les sources médiatiques traditionnelles, comme les journaux, les émissions de radio ou de télévision. Les éditions en ligne de journaux ont été classées en tant que sources médiatiques traditionnelles.

Parmi plus de 300 questions d'abord révélées en 2011 via les réseaux sociaux, les forums ou les portails en ligne, plus de 20 % ont d'abord été exposés sur Weibo, soit une hausse de 9,3 % par rapport à 2010, ajoute le rapport.

Ces questions concernaient notamment le scandale qui a impliqué Guo Meimei, une jeune femme prétendant être la gestionnaire de la Société de la Croix-Rouge de Chine et affichant sa richesse en ligne, ainsi que l'accident de train du 23 juillet 2011.

Le rapport conclut également que depuis que les utilisateurs se tournent de plus en plus vers ces nouvelles sources d'information, les sujets chauds ont une durée de vie beaucoup plus courte.

Plus d'un tiers des sujets brûlants qui ont émergé en 2011 ont disparu des discussions dans la semaine suivant leur révélation, tandis qu'environ 20 % sont restés actifs pendant deux semaines. En 2010 pourtant, seulement un cinquième de ces questions était resté dans l'attention du public pendant une à deux semaines, tandis qu'environ 24 % étaient encore dans les esprits au bout d'un mois.


News we recommend

« Back to Future » par Irina Werning Le premier mariage homosexuel bouddhiste à Taiwan   Les animaux dormeurs
Qipao 2.0   Retour à la maison après quatre ans d'exil pour les pandas du Sichuan Les Chinois adorent les échasses!
L'industrie de la beauté en Chine profite d'une cure de jouvence Yu Wenxia : Miss China sacrée Miss Monde 2012 Plus de 2700 jeunes femmes veulent épouser un milliardaire


Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale