Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 27.06.2012 08h05
France : hausse de 2% du SMIC à partir du 1er juillet

Le ministre français du Travail et de l'Emploi, Michel Sapin, a annoncé mardi qu'à partir du 1er juillet 2012 progressera de 2% le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC), le salaire minimum horaire en dessous duquel aucun salarié ne peut être payé.

Le SMIC sera revalorisé de 2% au 1er juillet, soit 1,4% au titre d'une prise en compte anticipée de l'inflation, et 0,6% au titre du "coup de pouce", a déclaré M. Sapin, à l'issue d'une rencontre avec les représentants des syndicats et du patronat français.

Le salaire horaire minimum sera en effet porté à 9,40 euros, soit 1.425,67 euros en brut pour 35 heures.

Cette timide revalorisation équivaut à un gain de 21,50 euros net par mois pour les quelques 2,5 millions de travailleurs français qui touchent ce revenu minimum. Le taux de la hausse est en grande partie un à-valoir sur la prochaine augmentation légale du SMIC qui doit avoir lieu le 1er janvier 2013, sur la base de l'inflation constatée depuis la dernière revalorisation : 1,4%.

Un décret devra être présenté mercredi en Conseil des ministres pour approbation finale, selon les médias français.

Cette revalorisation reflète la volonté du gouvernement socialiste de Jean-Marc Ayrault de concilier "l'aspiration légitime des citoyens à une progression de leur pouvoir d'achat" avec le "raisonnable" imposé par un contexte économique difficile.

"Il faut le comparer avec les derniers coups de pouce pour en mesurer la portée : +0,3 % en 2006 et 2001, +0,46 % en 1998. Il faut donc remonter à 1997 pour trouver un coup de pouce supérieur", a affirmé M. Sapin.

Face à cette décision, qui vise à remplir un engagement pris par le président français François Hollande durant sa campagne électorale, les syndicats et le patronat ont exprimé leur déception.

Pour le secrétaire général de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, qui réclame une revalorisation de 5%, cette hausse est "un premier faux-pas" de la part du nouveau gouvernement socialiste.

Seule "une augmentation qui serait liée et exclusivement liée à des critères objectifs comme l'inflation" était "acceptable", a soutenu Laurence Parisot, la présidente du Mouvement des entreprises de France (MEDEF, organisation patronale).

Lors de sa campagne électorale, Français Hollande s'était engagé à augmenter le SMIC, à réduire les déficits budgétaires et à promouvoir la croissance de l'Europe.

Fin mai, au cours de sa première apparition à la télévision après son élection, il avait confirmé ses engagements sur ces trois sujets.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent