Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 07.06.2012 13h12
OMS : la résistance aux traitements à la gonorrhée inquiétante

La résistance aux traitements d'une maladie sexuellement transmissible (MST), la gonorrhée, inquiète vivement l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'OMS annoncerait le retour à une période où les antibiotiques n'existaient pas et où il ne sera plus possible de maîtriser de nombreuses maladies infectieuses dont le VIH/sida. "Nous sommes au bord d'une crise majeure en matière de manque de traitements", a déclaré un membre de l'OMS.

"La résistance aux antimicrobiens est devenue un problème sérieux pour le traitement de la gonorrhée puisqu'elle touche même les céphalosporines par voie orale de dernière intention et est en augmentation partout dans le monde", a expliqué le Dr Manjula Lusti-Narasimhan du Département de santé reproductive et de recherche à l'OMS.

Chaque année environ 106 millions de personnes sont infectées par cette MST. Actuellement, des pays tels l Australie, le France, le Japon, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni font état de résistance aux traitements.

L'usage inadapté et irrationnel des médicaments a offert des conditions favorables à l'émergence, la propagation et à la persistance de micro-organismes résistants.

"La résistance aux antimicrobiens est une conséquence de l'utilisation et surtout de la mauvaise utilisation des antimicrobiens", a expliqué le Dr Carmen Pessoa Da Silva. "Il apparaît lorsqu' un micro-organisme mute ou acquiert un gène de résistance", a-t-elle ajouté.

La résistance aux antimicrobiens tue car généralement la maladie se prolonge et le risque de mortalité s' accroît. "Elle compromet la lutte contre les maladies infectieuses car l'efficacité du traitement n'est plus la même et les patients risquent de propager des gènes résistants à d'autres personnes", a déclaré le Dr Manjuta Lusti-Narasimhan. Elle a expliqué que "la résistance est une préoccupation pour le traitement de l'infection au VIH".

L'OMS met en place un programme de surveillance sur la résistance aux traitements de la gonorrhée (GASP). Pour ce faire l'organisation souhaite renforcer les capacités des laboratoires dans le monde pour effectuer les tests nécessaires afin d'obtenir une meilleure vue de l'évolution du phénomène.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour échapper au piège du Dollar
Les Etats-Unis cherchent un nouveau prétexte pour fomenter des troubles
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous