Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 18.03.2012 14h37
Les ennuis à la hausse, le pouvoir d'achat à la baisse

Quel revenu mensuel pour se sentir en sécurité ?

Les personnes interrogées, bien sûr, donneront des réponses différentes selon l'endroit où elles se trouvent et leur manière de vivre.

De l'aveu de Cui Yongyuan, un membre du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), sent que son revenu n'est pas suffisant et que c'est le symptôme d'un sentiment croissant d'inquiétude qui gagne les gens ordinaires de la société chinoise d'aujourd'hui.

"Il n'ya pas de problème avec mon revenu mensuel dépassant 10.000 yuans (1578 $) et voire plus, mais, j'ai souvent l'impression que je ne peux pas subvenir à mes besoins quotidiens», Cui, qui est également un pésentateur bien connu de la Télévision Centrale de Chine ( Le Quotidien du Peuple, CCTV), a récemment fait cette révélation sur une chaîne du forum du site.

«En 1986, Je me sentais comme millionnaire, lorsque j'ai commencé à travailler et que j'étais payé environ 80 yuans par mois. À ce moment-là, j'avais l'habitude de me chamailler avec les collègues pour payer la note des repas."

En tant que présentateur populaire de CCTV et avec un revenu raisonnable, les soucis financiers de Cui ont fait sensation sur Internet.

"Si une personne avec un revenu élévé comme le vôtre connaît des difficultés financières, que diriez-vous à ceux qui gagnent moins ?", question qui a été la plus posée.

Un autre nouvelle, pratiquement en même temps diffusée sur Internet, avec cet employé de Beijing qui avec un revenu mensuel de 7.500 yuans ne se sent pas en sécurité financière. Après les réductions d'impôt et de pension, les dépenses nécessaires pour le loyer, la nourriture et le transport, il reste à l'employé moins de 2.500 yuans par mois.

C'est un fait indiscutable que les prix élevés et la non-garantie d'une protection sociale, ne font qu'exacerber le sentiment d'anxiété qui se répand à travers tous les couches sociales.

En comparaison avec le revenu annuel par habitant en Chine qui était de 21 810 yuans en 2011, les revenus de Cui et de l'employé de Beijing sont indubitablement plus élevés. Alors, pourquoi se sentent-ils dans une insécurité financière ?

"La principale raison de ce sentiment d'insécurité chez les gens ordinaires, c'est que la croissance des revenus n'a pas réussi à suivre le rythme de la hausse des prix", a estimé Cui.

Ses mots vont droit au coeur du problème.

Selon le Bureau d'Etat des Statistiques en Chine, le revenu net par habitant pour les résidents urbains a augmenté de 8,4 % pour l'année 2011, inférieure à la croissance de 9,2 % du PIB et de loin inférieure à la croissance de 24,8 % des recettes fiscales du pays.

La croissance du revenu plus faible que le PIB a non seulement dégradé le sens de la dignité parmi ceux qui touchent un revenu moyen, mais aussi fait que plus de personnes se sentent défavorisées. Selon une enquête menée par le magazine La Tribune du Peuple, affilié au Quotidien du Peuple à la fin de 2010, 45 % des employés du Parti et du gouvernement estiment qu'ils sont défavorisés et plus de 50 % des intellectuels et 60 % des cols blancs ressentent la même chose. L'enquête montre une valeur d'infériorité qui se développe, même si elle ne représente pas nécessairement un une image objective.

L'amortissement du patrimoine a également fragilisé le sentiment de sécurité financière. Les statistiques montrent que l'indice des prix à la consommation en Chine était de 5,4 % en 2011, beaucoup plus élevé que le taux d'intérêt annuel de dépôt de 3,5 %. Cet écart de 1,9 % signifie que les résidents ont subi 1,9 % de perte économique, s'ils ont gardé leur argent à la banque. Selon les données de la banque centrale, à la fin de l'année 2011, les résidents avaient déposé 35.2 trillion de yuans dans les institutions financières. Si calculés, à un taux de moins de 1,9 % d'intérêt, leur fortune totale a diminué de 660 milliards de yuans, soit une moyenne de 500 yuans.

Lin Daofan, un député de l'Assemblée populaire du peuple (APN) de la province du Guangdong, a récemment mené une enquête sur un marché de légumes à Beijing. Avec un pouvoir d'achat de 10 yuans, Lin a découvert qu'il pouvait seulement acheter trois pommes, cinq concombres ou sept tomates.

La baisse du pouvoir d'achat dans le contexte de l'inflation, ainsi que les prix très élevés du logement, de l'éducation et des soins de santé, font de plus en plus de soucieux quant à une sécurité financière.

En plus, des efforts de tous pour gagner plus d'argent, le gouvernement doit réduire les impôts et établir un réseau plus développé comprenant une sécurité sociale.

L'auteur Wu Yixue est un journaliste du China Daily.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 16 mars
Sélection du Renminribao du 16 mars
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation
Des sessions pas comme les autres