Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 21.07.2011 13h26
Le Xinjiang poursuit ses efforts pour sauver les mineurs errants

Le secrétaire du comité du Parti pour le Xinjiang Zhang Chunxian et le gouverneur du Xinjiang Nur Bekri se sont rendus le 18 juillet dans le CAPME pour voir les enfants récemment sauvés.

Depuis le mois d'avril, 191 enfants errants originaires du Xinjiang ont été récupérés dans l'ensemble du pays.

Selon le département des affaires civiles de la région autonome ouïgoure du Xinjiang et le centre d'assistance et de protection des mineurs errants (CAPME), ces 191 jeunes, âgés de 10 à 18 ans, sont souvent originaires d'Aksu, de Kashgar, de Hotian et d'Ili, et ont erré dans des villes grandes et moyennes de l'est du pays.

Selon les enfants sauvés, beaucoup d'entre eux ont été trompés par des « passeurs », sous prétexte de travailler à des stands de grillades ou dans des restaurants, pour quitter leur domicile. Ils se sont finalement retrouvés sous la coupe de gangs criminels et contraints à s'engager dans des actes de vol.

Le secrétaire du comité du Parti pour le Xinjiang Zhang Chunxian et le gouverneur du Xinjiang Nur Bekri se sont rendus le 18 juillet dans le CAPME pour voir les enfants récemment sauvés.

Selon les départements compétents de la région, plusieurs « passeurs » suspectés d'avoir détourné des mineurs ont été saisis. « S'il y a des preuves irréfutables, ils seront sévèrement sanctionnés ».

Dans le CAPME, les enfants vivent dans un environnement complètement équipé : dortoir, salles de classe, cantine, gymnase, ainsi que des salles de formation professionnelle.

« Un programme sur l'éducation, l'assistance psychologique, la rectification des comportements adapté à la situation psychologique des jeunes et adolescents a été établi pour ce groupe spécial », explique Mu Juan, secrétaire de la cellule du Parti pour le département des affaires civiles de la région autonome.

Selon le CAPME, les aides sont les suivantes selon le cas : les mineurs dont la famille ou le tuteur est trouvé seront reconduits chez eux ; ceux qui ont commis des délits seront envoyés dans des écoles de réforme pour suivre une année d'éducation collective et de redressement, avant d'être récupérés et reclassés par les services des affaires civiles ; ceux qui n'ont pas de tuteurs légaux seront temporairement adoptés par les maisons de bien-être social ; les mineurs malades seront immédiatement soignés.

Pour protéger les droits et intérêts des mineurs, le Xinjiang a établi un système de responsabilité sur l'assistance et la protection des mineurs errants, selon lequel les responsables aux échelons allant de la région autonome aux écoles, en passant par les préfectures, les districts, les cantons et communes, jusqu'aux parents, afin de prévenir à la source la disparition de mineurs. Le Xinjiang a signé avec les services des affaires civiles de 27 provinces un accord sur l'assistance et la protection des mineurs errants originaires du Xinjiang, afin de construire un mécanisme de coopération de long terme.

En avril dernier, le comité du Parti pour la région autonome ouïgoure du Xinjiang a pris la décision de récupérer les mineurs originaires du Xinjiang qui vagabondent dans d'autres régions. « Une fois retrouvés, nous ramènerons ces jeunes dans leur région », a déclaré Zhang Chunxian.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le vice-président chinois rencontre de hauts officiers de l'armée, de la police armée et des forces de police au Tibet
Le Tibet célèbre le 60e anniversaire de sa libération pacifique
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux