Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 02.03.2011 17h31
La majorité des Chinois aspirent aux hautes fonctions

66,6 % des participants à un sondage publié le 1er mars par le Quotidien de la Jeunesse veulent accéder à des postes de décision. 80,2 % d'entre eux estiment que cela leur apporterait du pouvoir et des privilèges.

« Être le chef signifie évidemment avoir plus de privilèges, je le sais. Le nouveau doyen de notre bureau nous donne en permanence des ordres superflus, comme de déplacer des boîtes, pour ensuite les remettre au même endroit. Si nous nous plaignions, nous serions réprimés, probablement publiquement », déclare Jiang Wei, professeur de lycée.

77,6 % des sondés regrettent que les professionnels qualifiés n'obtiennent pas le respect ou la rétribution qu'ils méritent. « De plus en plus de ressources matérielles, sociales et politiques sont utilisées au bénéfice des dirigeants. Par exemple, un permis de construire pour un bâtiment destiné à de hauts responsables sera accordé bien plus rapidement que pour un bâtiment classique », souligne Zhen Yuantai, doyen du centre de recherches de l'Académie chinoise des sciences du personnel.

Un internaute suggère que les ressources devraient en priorité servir à récompenser les professionnels hautement qualifiés. Environ 80 % des participants à l'étude estiment que les règlements devraient être améliorés dans ce sens. La moitié des sondés sont nés après 1980, et 33,9 % sont nés dans les années 1970. L'étude a été menée en février conjointement par minyi.net.cn et sina.com.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence