Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 28.02.2011 16h46
Un beau petit village canadien qui s'appelle « la Chine »

A 20 km du sud-ouest de Montréal, au Canada se situe un petit village qui s'appelle « la Chine ». Il y a 400 ans, aucun Chinois n'est arrivé dans ce village et ce dernier n'a pas eu non plus d'échanges commerciaux avec la Chine. Le nom du village est simplement dû au rêve chinois des gens de l'époque.

En 1689, pour exploiter des passages commerciaux, un commerçant français de fourrures à Montréal a conseillé de creuser un passage de navigation reliant le vieux port de Montréal au sud-ouest de l'île de Montréal avec le soutien du gouvernement de la Nouvelle-France (actuellement Québec ). Voici l'idée originaire du « Canal la Chine », qui devait avoir une longueur de 14,5 km.

En Chine, l'année 1689 marquait le 28e année du règne de l'empereur Kangxi. La Chine, à l'époque, était la première puissance économique du monde et était considerée comme un paradis par les occidentaux. Pour matérialiser leur rêve d'aller en Chine, ils ont baptisé le canal au village « canal la Chine » pour suivre la vogue, comme si actuellement, beaucoup d'immeubles étaient baptisés « Manhattan », et le village a également porté le nom « la Chine ». Bien que les Français n'aient finalement pas réussi à creuser le canal, le nom de ce dernier « canal la Chine » a été gardé.

Une centaine d'années après, le 17 juillet 1821, un Britannique qui du nom de John Redpath a commencé à faire creuser le « canal la Chine », dont les travaux de construction ont été achevés en 1824. Le canal a été inauguré en 1825 et a été équipé d'ecluses. Du côté gauche du canal se trouve une maison en pierre. Elle est « le musée de transaction des fourrures la Chine ». En 1803, le commerçant de fourrures Alexander Gordon y a fait construire cet entrepôt en pierre pour conserver les fourrures. Le musée a été déjà inscrit sur la liste du patrimoine historique du Canada.

« Le canal la Chine » a arrêté la navigation en 1960. Avec ses postes d'amarrage, ce dernier a été inscrit sur la liste du patrimoine historique sous protection nationale du gouvernement canadien.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?