Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 14.12.2010 08h32
Les riches Chinois optent pour une vie à l'étranger

Zhou Qun a déménagé en Allemagne depuis maintenant huit ans et se distingue à bien des égards de l'image type, souvent fausse, des immigrants chinois traditionnels.

Premièrement, cette jeune femme de 28 ans se situe à l'opposé de ceux ayant sué sang et eau dans des restaurants étrangers. Elle est propriétaire de sa propre compagnie qui génère chaque année des millions de dollars en vendant des articles de mode aux enseignes allemandes.

Ensuite, bien qu'elle ait obtenu un permis permanent de résidence en Allemagne, Zhou confie qu'elle souhaiterait passer davantage de temps en Chine.

« La qualité de vie est meilleure ici, étant donné que l'Allemagne offre de meilleurs services sociaux. Notre famille et nos amis se trouvent cependant pour la plupart en Chine », explique Zhou. Cette dernière est donc souvent amenée à voyager entre les deux pays.

À l'instar de Zhou, de nombreux riches Chinois voient aujourd'hui l'immigration comme la promesse d'un avenir meilleur, sans pour autant avoir à couper les ponts avec leur pays d'origine.

Auparavant, la Chine était une source importante de travailleurs pauvres et besogneux, mais les sociologues estiment que cette tendance est actuellement en train de s'inverser, avec un nombre croissant de Chinois riches et éduqués qui choisissent de s'installer à l'étranger.

Selon les statistiques publiées par le département américain de la Sécurité intérieure, les États-Unis ont approuvé l'établissement de 1 971 investisseurs venus de la partie continentale de Chine en 2009, contre 1 360 en 2008.


[1] [2]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher