100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 06.09.2010 11h06
L'embouteillage géant enfin dégagé après des mesures d'urgence

L'énorme embouteillage qui avait paralysé l'autoroute Beijing-Tibet a été largement dégagé dimanche, après qu'un certain nombre de mesures d'urgence aient été mises en oeuvre et que la coordination trans-régionale ait été renforcée par le Ministère de la Sécurité Publique.

Mais cependant, pour les experts, il est fort probable que ce bouchon réapparaisse dans un futur proche, car la cause première du problème –une énorme demande en transports sur une route aux capacités limitées- demeure.

A part une portion de 8 km entre la région autonome de Mongolie intérieure et la province du Hebei, le trafic est revenu à la normale sur les sections qui avaient été bloquées le mois dernier, d'après un article publié dimanche par l'Agence de Presse Xinhua.

Samedi, le Ministère de la Sécurité Publique avait ordonné aux services chargés du contrôle de la circulation de Beijing, du Hebei et de la Mongolie intérieure d'établir un centre de coordination afin de lutter contre ce ralentissement.

Ce centre sera chargé de superviser la situation, de publier des informations, et de prendre si besoin est des mesures de déviation du flux de circulation, d‘après un communiqué publié samedi par le Ministère.

De plus, le centre travaillera avec l'administration routière et les autorités sanitaires afin de contribuer à la gestion des accidents et des pannes. Il donnera aussi la main aux départements des affaires civiles afin d'assurer un approvisionnement en nourriture et boissons et des services médicaux aux conducteurs bloqués, a dit aussi le communiqué.

L'autoroute Beijing-Tibet, d'une longueur prévue de 3 700 km, reliera Beijing à Lhasa, capitale de la région autonome du Tibet, dans le Sud-Ouest de la Chine, quand elle sera achevée.

Pour l'heure, seule la section Beijing-Xining est ouverte à la circulation, et la section Xining-Lhasa est encore en cours de construction. Actuellement, c'est la seule autoroute qui relie Beijing et Tianjin au Nord-Ouest du pays.

Le récent embouteillage a essentiellement eu lieu dans les sections situées dans le Hebei et la Mongolie Intérieure après que des travaux d'entretien aient débuté sur une voie parallèle un peu plus tôt cet été.

D'après Fu Zhenhua, Directeur du Bureau de la Sécurité Publique de Beijing, dont les propos ont été repris dans un communiqué du Ministère de la Sécurité Publique, les causes en sont une mauvaise conception de la route et des camions excessivement chargés.

Quatre autoroutes –Beijing-Tibet, la Route Nationale 110, la Route de Xiguan et l'autoroute Beijing-Xinjiang- convergent toutes pour n'en former à la fin qu'une seule, ce qui crée un énorme goulet d'étranglement, d'après un article de Beijing News.

En plus de cela, l'industrie charbonnière de la région autonome de Mongolie Intérieure, florissante, ajoute encore à la pression sur les transports.

« La plupart des véhicules bloqués sont des camions de transport, et plus de 95% d'entre eux sont chargés à ras-bord de charbon de Mongolie intérieure », a dit Hao Zhilei, fonctionnaire de la police de la circulation à Beijing.

Zhang Peng, un routier qui transporte du charbon d'Erdos, en Mongolie intérieure, vers Beijing, dit que les routiers ne prennent pas les autres routes, comme celle qui traverse la province du Shanxi, car cela les obligerait à faire 200 km de plus, et à payer des frais d'autoroute supplémentaires et des amendes pour surcharge. « Du coup, je préfère encore être pris ici dans les embouteillages », a-t-il dit.

Des chiffres du Ministère de la Sécurité Publique montrent que depuis le mois de juin, ce sont jusqu'à 20 000 camions qui entrent chaque jour à Beijing via l'autoroute Beijing-Tibet, soit le double de la capacité prévue.

Dans le même temps, la province du Hebei et la ville de Beijing ont installé des barrages sur leur section de l'autoroute Beijing-Tibet pour limiter le nombre de poids lourds entrant dans la capitale, d'après le Ministère.

Cependant, cette initiative est susceptible de causer une réaction en chaîne : le déplacement lent des véhicules vers Beijing provoque des bouchons dans le Hebei, qui à leur tour causent des ralentissements en Mongolie intérieure.

Aussi, d'après les experts, la fluidification actuelle de la circulation ne devrait être que temporaire, et la solution définitive au problème ne peut venir que de l'optimisation des réseaux routiers et ferroviaires.

« La racine du problème est que la planification et la construction du réseau de transport ne satisfont pas la demande », a dit Li Heren, Vice-président de l'Association Chinoise des Gestionnaires des Entreprises de Communication.

D'après lui, la pression sur la circulation aux alentours de Beijing ne sera allégée que lorsque l'autoroute reliant Zhangjiakou et Shijiazhuang dans le Henei sera ouverte à la circulation en 2012.

Mais pour Zhang Fusheng, Directeur de la Corporation de l'Energie Electrique de Mongolie Intérieure, si l'économie du pays dépend encore fortement du charbon de Mongolie Intérieure, il sera bien difficile de résoudre à titre permanent la cause des embouteillages sur l'autoroute Beijing-Tibet.

« La gare ferroviaire de Hohhot ne peut satisfaire que 35% des besoins en transports, donc la majeure partie du charbon ne peut être transportée que par la route », a dit M. Zhang, dont les propos ont été cités par Xinhua.

« Nous devrions mettre en balance la production totale de charbon et la capacité de transport par rail et route, ou convertir localement le charbon en électricité et ensuite envoyer l'énergie dans les autres parties du pays », a-t-il dit.

Gao Jie, chercheur à l'Académie Chinoise des Sciences des Transports, a proposé qu'une voie ferrée spéciale soit construite pour transporter le charbon de Mongolie intérieure, ajoutant que le transport par rail restait encore la façon la plus efficace et la plus respectueuse de l'environnement de transporter de l'énergie.

Il a également précisé que le prix élevé des péages routiers ainsi que les taxes imposées de manière arbitraires sur certaines sections poussent les routiers à surcharger leur véhicule, pour essayer de faire des bénéfices, de plus extrêmement minces, ce qui a pour conséquence de très mauvaises conditions de circulation.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine et l'UE s'engagent à promouvoir les relations bilatérales
Chine: six personnes toujours portées disparues après une collision entre deux navires
Un été, témoin d'incessantes expulsions de Roms, qui « fait rougir la France »
Les liens sino-européens nagent encore dans l'incompréhension mutuelle
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?