100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 05.01.2010 16h39
Les expatriés de Shanghai pourront y demeurer plus longtemps

Désormais, six types de professionnels et investisseurs étrangers à Shanghai pourront y demeurer pendant cinq ans, au lieu d'un an habituellement, une initiative destinée à aider à stimuler la croissance économique.

Les autorités ont mis en vigueur au 1er janvier des mesures destinées aux expatriés, afin d'attirer chercheurs scientifiques, dirigeants de société de haut rang et investisseurs à rester plus longtemps dans la ville.

Les autres catégories sont les individuels possédant des compétences hautement spécialisées, les célébrités, les investisseurs privés et les étrangers ayant obtenu un statut spécial du fait de leurs contributions apportées à la Chine. Toutes ces personnes sont éligibles à l'obtention d'un permis de résidence de cinq ans.

Un des changements va considérablement faciliter la vie des propriétaires d'affaires commerciales, qui auparavant devaient apporter la preuve qu'ils possédaient un capital enregistré de 30 millions de dollars US afin de pouvoir demander le permis de résidence allongé. Ce chiffre vient d'être réduit de 90% depuis quelques jours.

« A présent que le chiffre est tombé à 3 millions, le nombre d'expatriés éligibles a fortement augmenté », disait un officier de police du Bureau de l'administration des entrées et sorties du Bureau de Sécurité Publique de Shanghai du nom de Zhang.

« Les étrangers peuvent maintenant résider ici pendant cinq années consécutives, au lieu d'une seule année ».

Ce nouveau permis de résidence allongé va être appliqué à la ville entière après une période d'essai réussie qui avait débuté dans le Nouveau District de Pudong le 1er juillet dernier. Durant cette période transitoire, la police a accordé 500 nouveaux permis de cinq ans.

Un Néo-zélandais du nom de Shahla Salih a déclaré que cette initiative ferait que les étrangers se sentiraient plus chez eux dans cette ville.

« J'essaie depuis des années de faire de cette ville ma ville, et je n'envisage nullement de la quitter », a dit Salih, directeur des ventes d'une société de restauration.

Shanghai a vu sa population de résidents étrangers permanents atteindre 150 000 personnes en 2008, soit 20 000 de plus que l'année précédente. Les chiffres pour 2009 n'ont pas encore été dévoilés par le Bureau municipal du planning familial.

La plupart des étrangers qui vivent à Shanghai le font sur une base à court terme, utilisant soit le visa touriste (L), soit le visa d'affaires (F), qui leur permettent habituellement de rester jusqu'à trois mois.

« Je dirais que cette politique actuelle de visa est plutôt une bonne chose, du point de vue d'un citoyen britannique », a ainsi déclaré Robert Peacock, qui travaille dans la production cinématographique et possède un permis de résidence d'un an.

« C'est un peu cher, mais pas beaucoup plus que dans de nombreux autres endroits », dit-il, citant la limite d'un an comme son inconvénient principal.

Comme la plupart des étrangers travaillant en Chine, Robert Peacock ne peut prétendre à la résidence prolongée, même en considérant les nouvelles directives, ne faisant pas partie de l'une des six catégories.

Le coût pour un visa va de 500 à 600 yuans (de 73 à 88 dollars US) si un étranger fait la demande par lui-même. Mais s'il passe par le biais d'une agence, cela lui coûtera beaucoup plus cher.

Pour David Sutton, consultant en environnement, obtenir un visa chinois a été, selon ses dires, un fléau durant ses sept années de séjour dans la ville.

« C'est toujours un de mes principaux soucis », dit cet Américain âgé de 83 ans, qui se voit contraint de jongler en permanence avec les visas de tourisme ou d'affaires.

« N'ayant pas de contrat de travail et étant âgé, si je reste en Chine, je connais plus de difficultés pour le faire ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : la neige perturbe le trafic à Beijing
Procès de l'avocat d'un chef de bande criminelle pour violation de ses devoirs professionnels
Le monde 2009 aux yeux des Chinois
La Chine de 2009 : être « incomprise » en tant que pays émergent
La Chine et l'Europe : plus partenaires qu’adversaires
Montée rapide d'une conscience civique au sein de la societe chinoise
La France « profondément blessée » après son échec cuisant aux EAU