Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 24.04.2009 16h07
Renforcement du contrôle sur les aliments étrangers exportés vers la Chine

Les producteurs alimentaires étrangers qui désirent de vendre leurs produits en Chine devront s'inscrire auprès des autorités de l'inspection et de la garantie de Chine tous les 4 ans, selon un nouveau projet de règlement publié jeudi 23 avril pour solliciter des opinions du public.

La loi sur la sécurité alimentaire, qui entrera en vigueur à partir du premier juin, demande à tous les exportateurs étrangers de produits alimentaires de s'inscrire auprès de l'Administration générale de la Supervision de la Qualité, de l'Inspection et de la Quarantaine (AGSQIQ) pour s'assurer que leurs produits sont sécurisants.

Selon ce projet de règlement de la loi, publié sur le site web de l'Office des Affaires législatives du Conseil des Affaires d'Etat(http://www.chinalaw.gov.cn/), une telle inscription sera valable pour 4 ans.

Si les produits sont à l'origine de quelque grave incident de sécurité alimentaire après leur vente en Chine, ou si on a découvert que des compagnies avaient fourni de faux documents après des enquêtes, leur inscription sera annulée, selon le projet de règlement.

A l'heure actuelle, seuls les producteurs étrangers de produits de viande ont besoin de s'inscrire, sans avoir besoin de renouveler leurs contrats, auprès des autorités de la quarantaine de Chine, selon les réglementations de l'AGSQIQ.

Li Chunfeng, directeur adjoint du Bureau de l'Import-Export alimentaire de l'AGSQIQ, a confirmé cet amendement proposé, sans révéler d'autres détails.

Selon les règlements actuels, les exportateurs alimentaires étrangers doivent présenter au moins 5 catégories de documents pour s'inscrire, comprenant des rapports d'évaluation de la part de leurs gouvernements locaux et des informations détaillées sur le processus de production.

En outre, le projet de règlement stipule également que des importateurs de produits alimentaires étrangers, sur lesquels la Chine n'a pas encore de normes de sécurité requises, devront obtenir un certificat de sécurité de la part du ministère chinois de la Santé publique, avant que ces produits ne soient entrés en Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
Chine reste le pays le plus attirant pour les capitaux étrangers, selon une enquête des Nations Unies
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?