Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 19.04.2011 13h48
L' Afrique du Sud voit un grand potentiel dans le tourisme viticole

L'Afrique du Sud pourrait tirer encore plus de son industrie lucrative du tourisme du vin que les 4,3 milliards de rands (626 millions de dollars américains) enregistrés en 2009, a annoncé lundi le ministre sud-africain du Tourisme, Marthinus van Schalkwyk.

S'adressant à un atelier des acteurs clé dans un domaine viticole en périphérie de Stellenbosch, près du Cap, M.Van Schalkwyk a déclaré que le tourisme du vin est l'un des secteurs les plus dynamiques et les plus lucratifs du marché mondial du tourisme.

"En Afrique du Sud, notre industrie du vin joue un rôle important au regard de sa contribution spécifiquement à la croissance économique régionale et rurale et la création d'emplois, " a-t-il affirmé selon l'Agence de presse sud-africaine SAPA.

Il a indiqué que le ministère du Tourisme sud-africain estime qu'il ya encore un grand potentiel de croissance à cet égard. Le tourisme du vin offre des options supplémentaires pour les touristes étrangers et peut contribuer à améliorer la compétitivité en Afrique du Sud face aux destinations comme le Brésil, l'Australie, le Kenya et la Thaïlande, a-t-il déclaré.

Une augmentation des recettes du tourisme pourrait aider l'industrie du vin sud-africain à compenser la volatilité internationale causée par des facteurs tels que les devises et les fluctuations de la demande, a lancé M.Van Schalkwyk.




Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident