Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 02.03.2011 13h28
Comment attirer davantage de touristes étrangers ?

Un des objectifs que la Chine s'est fixée dans son 12e Plan Quinquennal (2011-2015) est de rééquilibrer son économie pour générer plus de richesses en provenance de son secteur des services. Le tourisme est l'une des parties les plus importantes de ce secteur, et de nombreuses villes chinoises, en particulier Shanghai, se sont fixées des objectif très ambitieux pour faire du tourisme un pilier majeur de leurs économies locales.

L'industrie chinoise du tourisme a connu une croissance fulgurante après une brève parenthèse due à la crise financière mondiale. Mais qu'en est-il de l'industrie du tourisme international en Chine ? Elle a aussi connu la croissance, mais pas à un point qui pourrait laisser croire que la Chine est sur le point de devenir la plus grande destination mondiale du tourisme.

Commençons tout de même par les points positifs. La Chine est un pays stable. Son taux de criminalité est faible, elle a de bonnes voies de transport et une signalisation touristique en anglais correcte. Elle compte une partie non négligeable des sites du patrimoine culturel de l'UNESCO, naturels ou faits de la main de l'homme, et une culture brillante. Et elle fait partie de la région économique ayant la plus forte croissance du monde, avec une classe moyenne en croissance et des revenus qui augmentent rapidement.

Mais il y a aussi des problèmes, évidemment. Comme dans beaucoup d'autres pays, les plus beaux sites de la Chine sont dispersés. Beijing est très bien lotie avec suffisamment de lieux attirants pour qu'un touriste puisse rester plusieurs jours. Mais on ne peut pas dire qu'il en soit de même pour de nombreuses villes. Certes, Shanghai a le Bund, Xi'an les guerriers de terre cuite et Guilin la Rivière Li, mais tout cela ne peut retenir les touristes que pour une journée ou deux au mieux.

D'autres endroits magnifiques comme le Mont Changbai dans la Province du Jilin ou les grottes de Dunhuang dans la Province du Gansu sont loin des grands centres urbains et demandent à la fois beaucoup de temps et d'argent pour y arriver.

De nombreux gouvernements locaux ont eu l'idée de « créer » des attractions touristiques dans les endroits où elles sont rares. Et on se retrouve avec une pléthore d'attractions touristiques comme des parcs aquatiques, des musées de la soie et des floppées de statues massives. Ces sites peuvent peut-être attirer les touristes chinois, mais elles ne satisfont pas aux demandes des agences de voyage étrangères.

Tout cela nous amène au problème du coût. La Chine n'est plus une destination bon marché à cause du renchérissement du Yuan et de la hausse du prix des produits de consommation. Prendre l'avion pour voyager est souvent cher. Pour une famille de quatre personnes, qui réside à Beijing et veut visiter Jiuzhaigou, le célèbre site touristique naturel du Sichuan, cela lui coûtera au moins 2 000 Dollars US. Mais si cette famille vivait n'importe où en Europe, elle aurait pu visiter la Suisse ou l'Autriche pendant une semaine pour la même somme. Et quand bien même Jiuzhaigou serait un endroit bien meilleur que toutes les vallées alpines, cela devient tout de même difficile de justifier le coût pour s'y rendre.

Enfin vient le problème de la qualité. Certes, les hôtels de marque internationaux sont aussi bons en Chine qu'ils le sont dans le reste du monde, mais la plupart d'entre eux sont chers. Et certains hôtels chinois « cinq étoiles » n'offrent en fait qu'un confort de niveau trois étoiles internationales. Si les installations de base sont bien là, elles sont gâtées par des caractéristiques fâcheuses comme les bars ne faisant que karaoke, peu ou pas de nourriture occidentale au petit-déjeuner, et l'absence de membres du personnel parlant un anglais décent ou d'autres langues à l'accueil -une véritable déception quand on voit le nombre de chinois qui apprennent l'anglais.

Alors que doivent faire les autorités chargées du tourisme ? D'abord, elles doivent comprendre que pour la plupart des touristes visitant la Chine, ce sera l'expérience de leur vie. Ces personnes veulent voir le meilleur, et pas une série de sites de seconde zone. L'accent devrait donc être mis sur le développement de pôles touristiques, avec des itinéraires remplis de sites, et l'on devrait aussi rendre les liaisons de transport accueillantes pour les touristes et baisser les prix, en particulier ceux des billets d'avion.

Une chose que des compagnies nationales comme les Australiens de Qantas ou les Brésiliens de Varig on fait est de proposer des billets intérieurs bon marché permettant cinq ou sept déplacements, soit de manière indépendante, soit en option pour les billets internationaux. L'Europe possède aussi son billet inter-rail, une chose dont la Chine pourrait s'inspirer du fait de la taille de plus en plus importante de son réseau ferré à grande vitesse.

Ensuite, à partir de chacun des pôles intérieurs, les autorités chargées du tourisme devraient développer des hôtels de prix intermédiaire pour attirer davantage de clients étrangers. L'idée est aussi de s'assurer que dans chaque hôtel se trouvent plusieurs membres du personnel pouvant parler l'anglais ou une autre langue internationale, que les circuits d'un jour en soient vraiment, au lieu d'être couplés à des visites d'usines, et que les guides parlent au moins une langue étrangère et sachent comment gérer un groupe.

En bref, pour attirer davantage de touristes étrangers, les autorités doivent leur offrir plus que ce qu'elles leur offrent à présent.

Avec la croissance rapide et continue de son industrie du tourisme, la Chine pourrait être tentée de penser que, le facteur prestige mis à part, attirer plus de touristes étrangers n'est pas important.

Mais les autorités devraient aussi se souvenir que dans un future proche, de plus en plus de touristes chinois auront assez d'argent, de confiance et d'occasions pour voyager à l'étranger. Leur anglais sera meilleur, ils construiront leur voyage sur internet et pourront visiter plus d'endroits en dehors de leur pays. Et quand ils l'auront fait et auront vu ce que sont vraiment les standards internationaux, ils n'auront peut-être plus envie de voyager en Chine. Ce que la Chine fait maintenant pour les touristes étrangers aura des conséquences sur sa capacité à maintenir la croissance de l'industrie du tourisme dans le futur.

L'auteur est expert en gestion de fonds du Projet UE-Chine de Réforme de la Sécurité Sociale.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?