100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 21.05.2010 13h37
Le Restaurant Jiumen à Beijing

Considérés comme un vestige encore bien vivant de la culture pékinoise, les plats et encas typiques de la capitale chinoise -on les appellera de leur nom chinois, les « xiaochi »- loin d'être un simple moyen de remplir son estomac, présentent des saveurs tout à fait originales qui s'adaptent pourtant bien aux palais étrangers. Découverte aujourd'hui d'un des restaurants de la ville où on peut retrouver toute cette variété de plats : le restaurant Jiumen.

Dans une petite ruelle du nom de Xiaoyou, un des hutongs -une ruelle pékinoise- aux abords du lac de Houhai, un des plus populaires de Beijing, au cœur de la ville, se trouve une maison forte en caractère. Porte rouge, toile grise… C'est ici que se trouve le Restaurant Jiumen.

Dans ce restaurant, construit autour d'une cour carrée traditionnelle, 11 stands proposent ces fameux plats typiques de la capitale pékinoise. On peut y goûter du Baodu Feng, qui, comme leur nom l'indique en chinois, sont des tripes… Juste à côté, on peut goûter également des niangao, ces gâteau de riz glutineux qui sont d'ordinaire mangé lors du Nouvel an chinois. A essayer, également, la chatang, cette soupe, mélange de farine, de sucre et de sésame dans de l'eau bouillante.

Les amateurs de viande pourront également goûter un bœuf à la mode typiquement pékinoise, ou encore des tripes cuites. Yuan Qinghua, qui travaille pour l'Association des « xiaochi » traditionnels de Beijing nous présente l'endroit :

« Le restaurant se trouve au fond de la ruelle, mais sa situation répond justement à un diction chinois, qui dit « Si le vin est bon, les clients ne craignent pas la profondeur de la ruelle. » »

Mais d'où vient ce nom, Jiumen ? Qu'est-ce que signifie l'expression Jiumen ? Selon Mme Yuan, « jiu » désigne le chiffre « neuf », en chinois, et « men », la porte. « Jiumen » désigne donc les neuf portes du Vieux Beijing :

« Jiumen représente le vieux Beijing. Quand les vieux Pékinois parlent des neuf portes, ils parlent des neuf portes des remparts qui entouraient Beijing. Ce sont ces neuf portes du rempart intérieur qui ont donné leur nom à l'établissement « Jiumen ».

Le restaurant Jiumen n'est pas grand, mais rappelle, dans chaque coin, sa spécificité bien pékinoise. Dans la cour, des lanternes rouges sont suspendues, des perroquets -l'élevage des oiseaux est une vieille habitude des Pékinois- saluent les gens. Et dans la salle de restaurant a été installé une scène d'opéra. Un opéra qui respecte la tradition du vieux Beijing. Et à 18 heures, tous les jours, des spectacles d'opéra y sont donnés.

Traditionnellement, lors de l'ouverture du restaurant, chaque jour, les chefs responsables de chaque plat se mettent devant leur stand et commencent à préparer des plats pour les clients. Mais les petits plats typiques de Beijing, ces « xiaochi », c'est plus qu'un simple bol de Luzhu, cette viande bouillie dans la saumure. C'est plus qu'une simple assiette de Baodu, de tripes. C'est plus que quelques Huoshao, ces galettes pékinoises. Tous ces petits plats sont également des symboles de la culture locale. Beaucoup de personnes qui ont grandi à Beijing ont un attachement particulier à ces plats, qui leur rappellent leur enfance. Aller au restaurant Jiumen, c'est pour eux, aussi, quelque part, retrouver leurs racines.

Mais évidemment, ceux qui viennent au restaurant Jiumen ne sont pas uniquement des Pékinois. Des Chinois d'autres provinces ou des provinciaux qui travaillent à Beijing, également, s'y rendent. Feng Bin, qui vient de la province du Shandong, au Sud-Est de Beijing, vient ici les week-ends:

« J'y vais souvent, je trouve que ce restaurant rassemble beaucoup de petits plats typiques de Beijing. L'ambiance qui y règne est également très sympa et typiquement pékinoise. Beaucoup de jeunes y viennent aussi, et, à mon avis, c'est pour retrouver un peu de cette culture pékinoise traditionnelle. »

Et l'endroit attire même des membres de la diaspora chinoise. Certains, en voyage en Chine, font même de ce restaurant pékinois une étape obligée, tellement les petits « xiaochi » sont un élément inséparable de la culture pékinoise. Parmi eux, Zhu Liling, une touriste :

« J'entend parler de cet endroit depuis longtemps. Après 18 ans où je n'étais pas revenue à Beijing, j'ai pensé que c'était vraiment nécessaire d'aller dans ce restaurant. Et en y rentrant, j'étais très émue, parce que j'ai vraiment retrouvé l'image du vieux Beijing. C'est la première fois que je viens ici, je ne sais pas comment commander les plats. La serveuse, ici, m'a appris comment faire. Mon mari est également satisfait des services qui sont proposés ici. »

Et des aménagements ont eu lieu, notamment pour rendre l'endroit plus accessible aux visiteurs étrangers, qui ne maîtrisent pas forcément la langue chinoise. Présentation de Yuan Qinghua de l'Association des « xiaochi » traditionnels de Beijing :

« Nous sommes en train de rédiger un menu bilingue chinois-anglais. Les serveurs, eux aussi, suivent une formation à l'anglais. Nous espérons que les étrangers qui viennent à Jiumen découvrent toutes ces choses typiquement pékinoises et qu'ils les exportent à l'étranger ! »

En Chine, les Chinois disent souvent « Si on ne grimpe pas la Grande Muraille, on n'est pas un brave », comme disait Mao, mais complètent les Pékinois, « si on ne goûte pas aux plats pékinois, c'est encore plus dommage ! » On espère en tout cas que vous aurez la chance de goûter à ces produits lors d'un séjour à Beijing.

[1] [2] [3] [4] [5]

Source: CRI

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le gouvernement chinois renforce la lutte contre le crime organisé
La Chine espère que l'accord tripartite permettra de résoudre le problème du nucléaire iranien
Chine : première lourde condamnation à l'encontre d'un corrupteur
La réévaluation du Yuan pourrait être mise en veilleuse
La Chine doit redoubler de vigilance vis-à-vis de l' « effet papillon » de la crise d'endettement de la Grèce
Le cinéma chinois doit aider les spectateurs étrangers à « renouveler » leur impression sur la Chine
France : la classe moyenne s'inquiète de plus en plus de la baisse de son niveau de vie