Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 20.02.2012 14h09
École australienne accepte le gaokao pour les admissions
Photo: L'Université de Sydney

L'Université de Sydney en Australie a commencé à utiliser les scores de la l'examen d'entrée au collège national en Chine, pour les admissions dans le but d'attirer plus d'étudiants chinois.

En vertu de la nouvelle politique d'admission, les étudiants chinois qui ont siégé à l'examen d'entrée national en Chine, également connu sous le nom de « gaokao », pourront directement suivre des programmes universitaires en Australie, sans avoir à s'inscrire à des programmes préparatoires.

Avant cela, les candidats à l'admission de l'université de Sydney devaient fournir le certificat international English Language Testing (IELTS) et les scores des dossiers scolaires montrant huit à 12 mois de cours préparatoire dans un collège local.

"La nouvelle politique d'alléger le fardeau des familles chinoises, permet bien sur, d'économiser les frais de scolarité et les dépenses courantes des étudiants et également de gagner un an d'étude", a déclaré Emily Du, ancien agent de l'éducation d'outre-mer à Beijing.

Elle a précisé que le coût moyen pour étudier et vivre en Australie était d'environ 200.000 yuans (31 800 $) par an.

Par rapport à l'admission des seuils fixés par les universités chinoises, le score d'entrée fixé par l'Université de Sydney est très faible, selon le guide pour les exigences d'entrée universitaires des étudiants chinois s'appliquant aux programmes de premier cycle à l'université en 2012.

Le score entrée est répertorié par la municipalité de la Chine ou la province. A Shanghai, par exemple, les étudiants ayant obtenu un score minimum de 468 au gaokao peuvent présenter une demande dans une université, qui est de plus de 100 points de moins que le score nécessaire pour entrer dans les meilleures universités chinoises, tels que l'Université de Pékin ou l'Université de Tsinghua.

De bonnes nouvelles pour les élèves du secondaire qui souhaitent étudier en Australie.

"Dans le passé, les étudiants qui voulaient recevoir une éducation de premier cycle à l'étranger a dû renoncer à gaokao, qui n'a pas été acceptée par les universités d'outre-mer», a déclaré une femme surnommé Lu de Tianjin, dont le fils étudie une maîtrise en Australie.

Pour elle : "La nouvelle politique donne aux étudiants plus de choix,".

Selon l'Université de Sydney, les cours avec des critères d'entrée supplémentaires doivent respectés certains critères en plus plus de la note du gaokao.

Les étudiants étrangers doivent également avoir un score d'entrée minimum de 6,5 sur le test IELTS pour entrer à l'université.

Certaines personnes pensent que le changement dans la politique d'admission est juste un moyen pour les universités d'outre-mer de rentrer en concurrence et de faire du profit sur le dos des étudiants chinois.

"Bien que l'université a baissé ses exigences d'admission, aller jusqu’au bout de ses études n’est pas si simple. Les étudiants chinois risquent d'avoir du mal à suivre, s'ils ne sont pas de bons étudiants», a déclaré Yang Ming, 28 ans, diplômée de l'Université de Sydney en 2006.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 17 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?