Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 20.02.2012 14h06
Mission habitée pour tester l'accueil dela station spatiale

Cette année, entre Juin et Août, la Chine envisage d'envoyer trois astronautes dans l'espace pour tester les technologies utilisées dans plusieurs missions et rendez-vous d'amarrage, vient de déclarer vendredi un porte-parole pour le programme spatial habité de la Chine.

Le choix et sexe des trois astronautes, qui seront à bord du vaisseau spatial Shenzhou IX pour son rendez-vous et amarrage avec Tiangong-1, un laboratoire spatial en orbite, n'ont pas été précisés.

La mission sera différente, principalement par rapport aux accostages automatiques qui ont eu lieu entre le vaisseau spatial Shenzhou inhabité XIII et Tiangong-1 en novembre dernier. Cette fois, les astronautes vont tenter un amarrage manuel.

"La mission d'accueil est un nouvel espace... Une autre chance pour la Chine de tester sa technologie d'accueil», précise le porte-parole.

Une fois l'amarrage terminé, les astronautes vont entrer dans Tiangong-1et y vivre pour une période indéterminée et y mener des expériences scientifiques, ajoute le responsable. Et de poursuivre :

Tiangong-1, dont le nom chinois signifie « Palais Céleste », est maintenant prêt à accueillir les astronautes. Le vaisseau spatial Shenzhou IX et sa fusée porteuse, le long-Mars II-F, ont été assemblés et les vérifications finales sont en cours.

Rendez-vous et technologies d'amarrage seront nécessaires pour la construction d'une station spatiale, dont l'une est prévue d'être assemblée en Chine d'ici 2020. L'année dernière, le pays a effectué son premier rendez-vous d'espace habité et de mission d'accueil, lorsque Shenzhou VIII a été amarré dans l'espace à Tiangong-1.

Cette année, pour tester les technologies, la Chine projette de lancer deux autres satellites - Shenzhou IX et Shenzhou X . Auparavant, les responsables avaient juste la certitude que le vaisseau spatial Shenzhou X servirait de transport aux astronautes, dont une première astronaute chinoise.

Quant à Shenzhou IX, difficile de savoir si elle devait être occupée. Les fonctionnaires ont déclaré qu'une décision serait prise en s'appuyant sur la mission de novembre.

Le porte-parole a déclaré vendredi, que le rendez-vous entre Tiangong-1 et le vaisseau spatial non habité Shenzhou VIII avait produit des résultats favorables.

Depuis 2011, les astronautes chinois s'étaient exercés pour participer à la mission manuelle d'amarrage. Tian Liping, un responsable de la formation des astronautes, a indiqué que l'année dernière, la première série d'astronautes, y compris certains qui sont déjà allés sur des missions spatiales, se préparent pour participer à un amarrage manuel. A cet effet, on s'attend à ce que chacun d'eux utilise un simulateur et de pratiquer au moins 1.000 fois ce qu'ils devront faire pour la mission. La simulation exige que les stagiaires utilisent deux poignées pour ajuster la position d'un vaisseau spatial virtuel de sorte qu'il s'amarre avec Tiangong-1.

Deux astronautes féminins recrutées en 2010 ont également reçu une formation de base pour des missions spatiales. La mission Shenzhou IX devrait être la pour la Chine la quatrième mission spatiale habitée depuis 2003, lorsque l'astronaute Yang Liwei en orbite de la Terre, à bord du vaisseau spatial Shenzhou V, devenait le premier Chinois dans l'espace .

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 17 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?