Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 06.02.2012 09h22
La Chine a besoin de progresser dans le domaine des technologies de pointe

Les avantages de la Chine en matière de faibles coûts de fabrication diminuent et elle se doit donc d'investir davantage dans le domaine de l'innovation.

L'activité manufacturière a joué un rôle essentiel dans la croissance de l'économie de la Chine. En 2010, la production manufacturière de la Chine a représenté 19,8% du total mondial, soit légèrement plus que celle des Etats-Unis, 19,4%. Les statistiques des Nations-Unies montrent que le rendement du secteur manufacturier chinois a atteint l'année dernière 2 050 milliards de Dollars US, sur la base du taux de change au début de 2011, comparé aux 1 780 milliards de Dollars US des Etats-Unis.

En dépit de cela, les produits « Made in China » restent toujours loin derrière les Etats-Unis en termes de ses possibilités de création de richesses. Les statistiques montrent que la productivité du secteur manufacturier chinois et sa valeur ajoutée ne représentent qu'environ 4,38% de celles des Etats-Unis, 4,37% de celles du Japon et 5,56% de celles de l'Allemagne. Et la Chine ne comptait seulement que 17 des 500 marques industrielles les plus influentes du monde en 2010. Se trouvant au milieu et en bas de la chaîne de fabrication, les exportations de la Chine sont la plupart du temps des basses technologies, des produits à faible valeur ajoutée, alors que ses importations sont des produits à forte valeur ajoutée ou de technologie de pointe.

L'élan des exportations de la Chine a été principalement soutenu par une expansion quantitative. Le modèle d'exportation de la Chine, qui est dominé par une industrie de transformation, a été à l'origine d'un grand volume de commerce transféré à l'intérieur de ses frontières. En fait, les plus grands contributeurs à ses excédents de sa balance commerciale sont des entreprises internationales ayant un siège en Chine. Lors de ces dix dernières années environ, le développement rapide du commerce extérieur de la Chine est en grande partie dû aux entreprises à capitaux étrangers, qui en particulier ont joué un rôle très important dans ses exportations. Prenons 2008 comme exemple. Cette année-là, l'excédent des exportations de la Chine a été de 295,4 milliards de Dollars US, dont 170,6 milliards US, ou 57,7% de l'excédent commercial total de la Chine, a été créé par des entreprises à capitaux étrangers basées en Chine.

En raison du prix relativement bas de ses ressources, la productivité marginale du capital en Chine et dans d'autres pays en voie de développement, un indice utilisé pour mesurer la production supplémentaire résultant de l'utilisation d'une unité de capital additionnelle, est habituellement plus élevé que dans les nations développées. Selon une enquête menée par la Banque Mondiale auprès de 12 400 entreprises dans 120 villes chinoises, le ratio de rentabilité moyen net des actifs des entreprises industrielles chinoises a dépassé 15% en 2005, alors que le même ratio pour les entreprises privées était de 19% et de 22% pour les entreprises à capitaux étrangers. Un ratio si élevé de la rentabilité du capital provient d'une déformation déjà ancienne du prix du travail en Chine.

Comparée à un ratio de rentabilité du capital à croissance plus rapide, la rémunération du travail en Chine a elle affiché une croissance beaucoup plus lente ces dernières années. De 1998 à 2008, les entreprises industrielles du pays ont réalisé une croissance moyenne des bénéfices de 30,5% par an, bien plus que les 9,9% de croissance de la rémunération du travail. Étant donné qu'il n'y a guère de marge pour amplifier la croissance de sa fabrication manufacturière moyenne et bas de gamme, la Chine devrait donc essayer d'encourager la transition à la fabrication manufacturière haut de gamme.

Encore englués dans les conséquences de la crise financière mondiale, les Etats-Unis ont accéléré l'examen de leur structure industrielle, comme l'indique le souhait du Président Barack Obama de récupérer la « production manufacturière américaine perdue » en faveur de la Chine. Selon une évaluation faite par le Boston Consulting Group, environ 15% des entreprises américaines ayant un siège en Chine quitteront la Chine pour revenir aux Etats-Unis dans les cinq années à venir dans un contexte d'élévation rapide du coût du travail en Chine et de l'accélération des efforts de Washington pour renverser la tendance à l'externalisation, une tendance qui a émergé il y a une dizaine d'années environ, particulièrement en ce qui concerne l'électronique, les machines, les meubles, les produits en plastique, en caoutchouc et en métal, les ordinateurs, qui représentent 70% des importations en provenance de Chine et qui coûtent environ 2 000 milliards de Dollars US chaque année aux consommateurs américains.

A une époque où le modèle manufacturier mondial subit des changements profonds, l'avantage compétitif futur des Etats-Unis viendra assurément du rajeunissement de son industrie manufacturière.

Qu'est-ce qu'un avantage manufacturier des Etats-Unis signifiera pour la Chine ?

Avec l'élévation prévue du coût de la main-d'œuvre en Chine aussi bien que le renchérissement du Yuan et son goulot d'étranglement en matière de ressources et d'environnement, les avantages longtemps conservés de la Chine en matière de faibles coûts dans l'industrie manufacturière sont en train de fondre. La possible « double perte » des avantages de la Chine dans la production manufacturière haut et bas de gamme sera un défi important pour la Chine dans la décennie qui vient si le pays n'établit pas des fondations solides pour l'innovation et ne relève pas avec succès la productivité aussitôt que possible. La Chine n'a aucune raison de retarder ses efforts pour augmenter ses investissements dans la recherche, le développement et l'innovation, qui faciliteront sa transformation en une puissance technologique.

L'auteur, Zhang Monan, est analyste en sciences économiques au Centre d'Information d'Etat.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 3 février
Nouvelles principales du 3 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?