Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sci-Edu
Mise à jour 24.12.2008 14h57
La Chine en train de considérer la construction de porte-avions

La Chine "envisage sérieusement" la construction des porte-avions pour protéger son vaste territoire maritime, a annoncé le 24 décembre un porte-parole du Ministère de la Défense nationale.

Huang Xueping a fait des remarques lors d'une conférence de presse censée annoncer les détails concernant la flottille chinoise qui partira vers les eaux somaliennes le 26 décembre pour protéger les navires chinois des pirates.

A la question si le premier déploiement à l'étranger de la marine chinoise est une bonne occasion pour construire un porte-avions, M. Huang a dit que le gouvernement devrait réfléchir sérieusement à cette question.

"Les avions sont le symbole de la force nationale d'un pays, et c'est aussi le symbole de compétitivité de sa force navale," a dit M. Huang.

"La Chine a un très long littoral et le devoir sacré des forces armées chinoises, c'est d'assurer la sécurité maritime nationale et la souveraineté sur les zones côtières et les mers territoriales", a-t-il dit.

La Chine a un littoral de 18 000 km et des eaux territoriales de 3 millions de km2 de surface, près d'un tiers de son territoire.

Environ 30 porte-avions sont en service dans le monde, et la Chine est le seul pays parmi les 5 membres permanents du Conseil de sécurité des Nations-Unies à ne pas en avoir un.

Le général Qian Lihua, chef du bureau des affaires étrangères du ministère, a annoncé au journal britannique Financial Times le mois dernier que la Chine a parfaitement le droit de posséder des porte-avions.

"Même si un jour nous aurons un porte-avions, nous ne l'utiliserons pas pour poursuivre le déploiement mondial à la différence des autres pays", a-t-il dit.

Quant à la mission navale chinoise dans les eaux somaliennes, des hauts responsables militaires ont déclaré le 23 décembre que la marine est "confiante et capable de remplir cette tâche".

Le colonel Ma Luping a affirmé que les navires chinois de guerre pourraient rencontrer des problèmes complexes car "la situation y est compliquée". "Mais il n'y a rien que nous ne pouvons pas surmonter", a-t-il dit.

M. Ma a dit qu'il y a environ 1 000 pirates dans le golfe d'Aden et les eaux somaliennes, appartenant à 25-30 bandes. Quatre d'entre elles seraient très bien équipées et très bien organisées.

Selon l'amiral Xiao Xinnian, les deux contre-torpilleurs, Haikou et Wuhan, et un grand navire d'approvisionnement Weishanhu, vont amener deux hélicoptères, des missiles et des canons et les soldats de force feront partie des membres de l'équipage. Ils partent de Sanya, dans la province du Hainan.

"Ils sont suffisamment nombreux pour faire face aux pirates," a dit M. Xiao.

Bien que la mission soit annoncée pour une durée de trois mois, M. Huang a dit que la durée de la mission dépendra du mandat des Nations Unies et des conditions dans la région.

Les navires de guerre sont principalement déployés pour aider les navires chinois qui passent dans la zone et les navires fournissant l'aide humanitaire internationale, mais la Chine est disposée à travailler avec les autres pour combattre les pirates dans la région, a-t-il déclaré.

Ce déploiement a été décidé, car la piraterie au large des eaux somaliennes a mis en péril l'une des voies maritimes les plus chargées au monde.

Un cinquième des 1 265 navires chinois qui ont transité par les eaux somaliennes dans les 11 premiers mois de cette année ont dû faire face à la menace de la piraterie, a annoncé la semaine dernière le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Liu Jianchao.

Sept navires ont été détournés, et les pirates détiennent toujours un bateau de pêche chinois avec 18 marins, a-t-il déclaré. Le navire a été saisi dans les eaux du Kenya le 14 novembre dernier.

Le sort du navire demeure incertain bien que les fonctionnaires agricoles et diplomatiques sont en train de négocier avec les pirates, a annoncé le Ministère des transports.

La police maritime connaît la position exacte du navire, a déclaré Du Yongdong, chef du Centre de recherche et de sauvetage maritime du ministère.

La semaine dernière, le Conseil de sécurité des Nations Unies s'était mis d'accord à l'unanimité pour autoriser les pays à se battre contre la piraterie dans les eaux somaliennes, et même sur le sol, pour libérer un des axes maritimes commerciaux les plus importants du monde de cette menace.

Les fonctionnaires somaliens se sont félicités du déploiement naval chinois pour la lutte contre la piraterie.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.