Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.03.2012 10h11
L'UE durcit ses sanctions contre la Syrie, y ajoute la femme du président Assad

L'Union européenne (UE) a de nouveau durci vendredi ses sanctions sur la Syrie, ajoutant la femme du président Assad à sa liste noire.

Suite à la conclusion de l'UE élaborée par le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE, ces nouvelles restrictions visent 12 personnes associées « à la répression ou soutenant le régime ou en bénéficiant », interdisant à ces personnes toute entrée dans l'UE. Les actifs dans l'UE de ces mêmes individus et de deux entités supplémentaires seront gelés.

Des sources diplomatiques de l'UE ont indiqué que la femme du président syrien Assad, sa mère, sa soeur et sa belle-soeur avaient été ajoutées à la liste noire de l'UE.

« La répression a atteint un niveau de violence inacceptable et doit cesser immédiatement. La décision d'aujourd'hui vise à affaiblir les ressources du régime et sa capacité à mener sa campagne brutale », a déclaré la Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères Catherine Ashton.

L'UE a également appelé tous les représentants de l' opposition syrienne p former un mécanisme de coordination ouvert sous les auspices de la Ligue des pays arabes, et de décider d'un ensemble de principes communs pour travailler à une transition ordonnée et pacifique.

« Dès qu'une véritable transition démocratique commencera, l' UE est prête à développer un nouveau partenariat ambitieux avec la Syrie dans tous les domaines d'intérêt commun, y compris la mobilisation d'une aide, le renforcement des relations économiques et commerciales, et le soutien à la transition sur les plans de la justice et de la politique ».

Il s'agit de la treizième vague de sanctions de l'UE depuis le début des troubles en Syrie il y a un an. Elle porte le nombre de personnes touchées par ces sanctions à 126 personnes physiques et 41 personnes morales.

Les Nations unies ont récemment déclaré que plus de 8 000 personnes étaient mortes dans les violences en Syrie et que plus de 230 000 Syriens avaient fui leur foyer.

Le gouvernement syrien attribue ces troubles à des « groupes terroristes » soutenus et financés par certains pays arabes et occidentaux.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 23 mars
Principales nouvelles du 23 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation