Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.03.2012 10h33
Il est peu probable que Poutine assiste au sommet de Chicago : chef de l'OTAN

Le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen a déclaré mercredi qu'il était peu probable que le président élu de Russie Vladimir Poutine assiste au sommet de l'alliance en mai à Chicago, en raison du calendrier politique chargé de son pays.

« J'ai discuté personnellement avec le président élu Poutine. Nous avons convenu que le moment était difficile pour un sommet entre l'OTAN et la Russie à Chicago car la Russie a un calendrier politique national très chargé », a déclaré M. Rasmussen aux journalistes.

« Toutefois, nous avons également convenu que nous nous rencontrerions pour une réunion bilatérale aussi tôt que possible après l'investiture du Premier ministre Poutine en tant que nouveau président russe (le 7 mai) », a-t-il dit.

Le chef de l'OTAN a déclaré que la Russie assisterait à une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN à Bruxelles en avril, ce qui « montre que nous sommes tous engagés au dialogue et à une coopération pragmatique ».

Les relations entre l'OTAN et la Russie souffrent de tensions croissantes en raison du projet de bouclier antimissile de l'alliance en Europe. Lors de son sommet de Chicago, l'OTAN prévoit de déclarer « une capacité opérationnelle provisoire » du bouclier.

L'OTAN soutient que ce bouclier n'est pas dirigé contre la Russie, toutefois Moscou affirme que ce système constitue une menace réelle pour sa dissuasion nucléaire et pour sa sécurité nationale, réclamant des garanties contraignantes.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 21 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation