Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.03.2012 08h35
France/Toulouse: le bilan de la fusillade s'alourdit à quatre morts et deux blessés

Le bilan de la fusillade qui a eu lieu lundi matin devant l'école israélite Ozar Hathora à Toulouse (dans le sud-ouest de la France) s'est alourdi à quatre morts et deux blessés graves, ont rapporté les médias locaux. Le président français Nicolas Sarkozy est attendu sur place en fin de matinée.

Le bilan de la fusillade, qui a eu lieu vers 08h10, s'est alourdi à quatre morts (un professeur et trois enfants) et deux blessés (dont la fille du directeur de l'école), a précisé la radio France Info.

Les premiers éléments de l'enquête soulignent des similitudes entre cette fusillade et les assassinats de militaires à Toulouse et à Montauban la semaine dernière, notamment en ce qui concerne le mode opératoire et le calibre de l'arme utilisée (11.43), souligne la radio.

Le président français Nicolas Sarkozy est attendu dans l'établissement à 11h30, a-t-on appris d'un communiqué de l'Elysée.

"Le chef de l'Etat sera accompagné de M. Luc Chatel, ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, et de M. Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France", précise le communiqué.

Le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui, et le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, se sont dits "horrifiés" par ce drame et Israël a déclaré se fier à la France "pour faire toute la lumière" sur ce drame, a pour sa part révélé le quotidien Le Figaro.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 19 mars
Sélection du Renminribao du 16 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation