Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 10.03.2012 09h57
Istanbul accueillera les pourparlers sur le nucléaire iranien en début avril : ministre turc des AE

La Turquie devrait accueillir à Istanbul en début avril une réunion entre l'Iran et les pays « 5+1 », appellation qui désigne les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne, a rapporté vendredi sur son site Web le quotidien local Hurriyet Daily News.

L'objectif de cette réunion serait d'obtenir un arrêt de l' enrichissement d'uranium par l'Iran, déclare le ministre turc des Affaires étrangères cité par l'agence Anatolie.

Sur le chemin du retour de Nakhitchevan à Ankara, M. Davutoglu a estimé que dans ce contexte, l'Accord de Téhéran conclu en mai 2010 entre la Turquie, l'Iran et le Brésil, mais rejeté par l'Occident, était une énorme « opportunité gâchée ». S' il avait été accepté, cet accord aurait permis à la communauté internationale de prélever 1 800 kg d'uranium enrichi iranien sur un total de 3 000 kg.

Si cet accord avait été accepté, l'Iran aurait obtenu l'uranium dont il a besoin auprès de l'étranger, ce qui aurait mis fin au processus d'enrichissement, selon M. Davutoglu.

Concernant les exportations pétrolières iraniennes, M. Davutoglu a estimé que l'Iran devait mettre en balance « les avantages et inconvénients de l'énergie nucléaire d'un côté, et ceux des sanctions de l'autre ».

À propos de la position iranienne sur la question de la Syrie, M. Davutoglu a indiqué que « l'Iran comme la Russie tablaient sur une reprise de contrôle par Bachar al-Assad. Ils sont toujours favorables à des réformes sous la direction de M. Assad. Mais notre confiance est épuisée. Nous disons que M. Assad doit transmettre ses pouvoirs. »

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 9 mars
Principales nouvelles du 9 mars
La Chine vote contre un prétexte pour la guerre
Même Poutine, mêmes vieilles politiques ?
Le rééquilibrage des relations extérieures de la Russie