Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.03.2012 14h07
L'Iran casse la condamnation à mort de "l'espion" de la CIA (officiel)

Le porte-parole de la justice iranienne, Gholam-Hossein Mohseni-Ejei, a déclaré que la Cour suprême du pays avait cassé la condamnation à la peine de mort de "l'espion" de la CIA, rendue par un autre tribunal, a rapporté lundi l'agence de presse semi-officielle Fars.

"Aussi loin que je me souvienne, le dossier de l'accusé a été envoyé à la cour suprême après son appel, et enfin la peine (de mort) a été cassée.. et le dossier a été renvoyé" à la cour pour un nouveau jugement", a expliqué M. Ejei, également procureur général iranien, aux journalistes.

En janvier, un tribunal iranien a condamné un Irano-américain, Amir Hekmati, à la peine de mort pour "avoir coopéré avec le gouvernement hostile des Etats-Unis, sa qualité d'agent de la CIA et avoir essayé de faire passer l'Iran pour un Etat terroriste".

A l'audience, M. Hekmati a admis avoir voulu pénétrer les systèmes de renseignements iraniens afin d'aider la CIA, mais a avoué avoir été déçu par l'agence de renseignements américaine, selon Fars.

Le 17 octobre 2011, le ministère iranien des Renseignements a annoncé avoir arrêté un espion américain dans le pays. Le ministère a déclaré dans un communiqué que l'espion était un analyste de la CIA dont la mission était d'infiltrer les services iraniens de renseignements.

Le 20 décembre, un officiel du gouvernement américain a affirmé que le citoyen américain arrêté n'était pas un espion. Interrogé pour savoir si le gouvernement américain pensait que M. Hekmati avait été accusé à tort d'espionnage, la porte-parole du département d'Etat américain, Victoria Nuland, a répondu par l'affirmative.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 5 mars
Principales nouvelles du 5e mars
Deux sessions pour l'histoire…
Les deux sessions de l'APN et de la CCPPC : ce qui nous préoccupe et nous intéresse le plus
Manille joue à nouveau les fauteurs de troubles