Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.03.2012 08h21
Les relations avec la Chine resteront au cœur de la politique étrangère de Poutine : expert russe (INTERVIEW)

La politique de la Russie à l'égard de la Chine sera développée et enrichie au cours du troisième mandat du président élu Vladimir Poutine, estime un expert russe sur la Chine.

M. Poutine, qui vient de remporter l'élection présidentielle russe dimanche, devrait maintenir les relations stratégiques avec la Chine comme une priorité de la politique étrangère du pays, a indiqué Mikhail Titarenko, chef de l'Institut de l'Extrême-Orient de l'Académie russe des Sciences, lors d'une entrevue accordée à l'agence Xinhua.

"Les actions les plus décisives de M. Poutine ont visé à stimuler les relations sino-russes, et à ajouter des contenus particuliers au partenariat stratégique annoncé en 1996", a fait remarquer M. Titarenko.

Pour la première fois ces dernières années, M. Poutine a clairement déclaré, dans son article intitulé "La Russie et le monde en mutation", que la priorité de la politique étrangère russe reposait sur la région Asie-Pacifique, et notamment sur la Chine.

"Le partenariat entre la Russie et la Chine n'a jamais été aussi poussé qu'aujourd'hui. Au plus haut niveau politique, nos relations se sont développées comme jamais", a souligné l'expert russe.

En outre, a-t-il ajouté, sur de nombreuses questions régionales et mondiales, notamment la Syrie, l'Iran, l'Afghanistan, la péninsule coréenne et la crise de l'euro, Moscou et Beijing ont des approches similaires et leur coordination fonctionne bien.

"Il n'y a pas de raison de mettre un terme ou de modifier cette coordination étroite", a indiqué M. Titarenko.

En réponse aux préoccupations soulevées par le développement de la Chine, dont certains craignent qu'il ne présente une menace pour la Russie, M. Poutine a écrit dans son article que la montée en puissance de la Chine constituait un défi, mais pas une menace.

"M. Poutine espère que ce défi favorisera un développement plus rapide de la Russie et que le vent venu de Chine gonflera les voiles du vaisseau Russie", a souligné M. Titarenko.

Le développement de la Chine peut bénéficier à la Russie et c'est pourquoi M. Poutine ne le considère pas comme une menace, a-t-il ajouté.

M. Titarenko a rappelé qu'après l'arrivée au pouvoir de M. Poutine en 2000, la politique étrangère de Moscou s'est tournée à la fois vers l'ouest et vers l'est.

"M. Poutine avait raison de penser que l'Europe et l'Asie sont les deux ailes qui permettent à la Russie de voler. Un oiseau ne peut voler avec une seule aile. Si la Russie échoue à développer sa politique en direction de l'Asie, elle ne peut progresser", a-t-il conclu.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 5 mars
Principales nouvelles du 5e mars
Deux sessions pour l'histoire…
Les deux sessions de l'APN et de la CCPPC : ce qui nous préoccupe et nous intéresse le plus
Manille joue à nouveau les fauteurs de troubles