Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 02.03.2012 09h19
ONU: adoption d'une résolution destinée à permettre un "accès sans entrave" aux humanitaires en Syrie

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, réuni à Genève, a adopté jeudi une résolution destinée à permettre un "accès sans entrave" aux humanitaires en Syrie.

Les Etats membres du Conseil des droits de l'homme ont procédé, à la demande de la Russie, au vote du projet de résolution, qui a été adopté par 37 voix pour, 3 contre (Russie, Chine et Cuba). Trois pays se sont abstenus (Equateur, Inde, Philippines). Quatre pays étaient absents lors du vote (Angola, Burkina-Faso, Kirghizistan et Ouganda).

En vertu du texte voté, l'accès doit "permettre aux agences humanitaires de livrer des articles de première nécessité et de donner des services à tous les civils affectés par la violence, en particulier à Homs, Deraa, Zabadani et dans d'autres régions assiégées par les forces de sécurité syriennes".

Le document souligne la "nécessité de répondre de façon urgente aux besoins humanitaires" de la population et dénonce "le manque d'accès à la nourriture, aux médicaments de base et au carburant, ainsi que les menaces et actes de violence faites au personnel médical, patients et les installations" de santé.

La résolution condamne "énergiquement les violations continues, généralisées et systématiques, des droits de l'homme et des libertés fondamentales par les autorités syriennes" et appelle le gouvernement syrien à "mettre immédiatement fin à toutes les violations des droits de l'homme" et "à cesser toute violence".

Le président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a déclaré que le rapport de la Commission d'enquête présente une situation désastreuse et que "le gouvernement syrien a failli à son obligation de protéger sa population civile".

La Haut Commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exigé devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU un "cessez-le-feu humanitaire immédiat" en Syrie afin de mettre fin aux violences et permettre à l'ONU de venir en aide aux populations.

Lors du débat, l'ambassadeur de Syrie à Genève, Faysal Khabbaz Hanoui, a dénoncé l'organisation "illégitime" d'une réunion spéciale sur la situation en Syrie. Il a déclaré que considérant que le véritable objet de cette session est d'attiser la flamme du terrorisme dans son pays, sa délégation déclare son retrait de ce débat stérile. Il a contesté "la légitimité de toute résolution malveillante" qui serait adoptée.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 1er mars
Principales nouvelles du 1er mars
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes