Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.11.2011 13h34
Le nouveau PM espagnol promet de travailler dans l'intérêt de tous les Espagnols

Le chef du Parti populaire, Mariano Rajoy, a promis dimanche, après avoir été élu Premier ministre espagnol, qu'il allait travailler dans l'intérêt de tous les Espagnols.

Le parti de centre-droit a obtenu 44,55 % des suffrages au cours des élections législatives espagnoles, une majorité plus que suffisante pour former un gouvernement, après 7 années passées dans l'opposition.

S'exprimant depuis le quartier général du parti au centre de Madrid après les élections, M. Rajoy a souligné que l'Espagne avait besoin de rester unie pour affronter la crise économique, qui a laissé 5 millions de personnes sans emploi à travers le pays.

"Mes seuls ennemis sont le chômage, le déficit public et l'excès de la dette", a-t-il déclaré, promettant qu'il comptait bien être le Premier ministre de "tous les Espagols".

"Il n'y aura pas de miracle ; nous n'avons pas promis de miracle", a ajouté M. Rajoy, qui devrait très rapidement mettre en place des mesures de réduction des dépenses en Espagne. "Nous devons travailler ensemble et nous efforcer d'être solidaires", a-t-il affirmé, avant d'aborder la question de la place de l'Espagne dans l'Union Européenne.

"La voix de l'Espagne doit être écoutée à Bruxelles. Nous allons cesser de faire partie du problème, et devenir une partie de la solution", a-t-il promis, ajoutant qu'il allait s'atteler à l'application de son programme électoral sans perdre un seul instant.

"Dès demain matin, je serai ici et je me mettrai au travail", a déclaré le nouveau Premier ministre devant une foule de partisans en liesse, rassemblés dans les rues de Madrid.

Au même moment, l'ambiance était très différente au quartier général du Parti socialiste (PSOE), grand perdant de cette élection. Le candidat socialiste Alfredo Perez Rubalcaba n'a eu d'autre alternative que d'accepter sa défaite, suite au pire résultat électoral de son parti depuis le retour de la démocratie en Espagne en 1975.

Le PSOE n'a obtenu que 28,6 % des votes, soit 110 députés au Congrès, un net recul par rapport aux 169 dont il jouissait durant son dernier mandat.

M. Rubalcaba a félicité M. Rajoy pour sa victoire, ajoutant que le PSOE n'avait pas l'intention de se cantonner à jouer un rôle de "chef de file de l'opposition".

"Nous continuerons à défendre les principes politiques, les valeurs et les convictions qui sont les nôtres, en faisant preuve de sens des responsabilités, et en oeuvrant pour le bien de l'Espagne, ce qui a toujours été notre priorité", a-t-il déclaré, ajoutant que le PSOE s'efforcerait de défendre le service public espagnol contre les réductions budgétaires que le Parti populaire va probablement essayer de mettre en place.

Il n'a pas précisé s'il continuerait à mener le Parti socialiste après cette lourde défaite.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois arrive à Bali pour les réunions des dirigeants de l'Asie de l'Est
Nouvelles principales du 16 novembre
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis