Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.05.2011 09h12
Des avocats français comptent déposer plainte contre Sarkozy pour crimes contre l'humanité en Libye

Deux avocats français, l'ancien ministre des Affaires étrangères Roland Dumas et Jacques Vergès, ont déclaré dimanche leur intention de déposer plainte contre le président français, Nicolas Sarkozy, pour crimes contre l'humanité en Libye.

Les deux avocats ont affirmé leur volonté de porter plainte, au nom des familles victimes des bombardements de l'OTAN, devant les tribunaux français contre le président Sarkozy, dont le pays a pris la tête des opérations de la coalition en Libye.

Lors d'une conférence de presse ayant réuni à Tripoli quelque 30 représentants des familles des victimes, M. Dumas a dénoncé "une agression brutale contre un pays souverain", affirmant qu'il était prêt à défendre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi au cas où il serait poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

"Nous allons briser le mur du silence", a déclaré de son côté M. Vergès.

Celui-ci a effectué une visite de deux jours en Libye pour y recueillir, auprès des familles victimes des bombardements, des matériaux de première main en vue de la poursuite juridique.

M. Dumas a confirmé avoir vu des victimes civiles dans un hôpital, où un médecin lui avait fait part d'au moins 20 000 victimes.

Les deux avocats ont noté qu'ils allaient entamer les procédures juridiques contre le président Sarkozy dès leur retour lundi à Paris.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : près de 35 millions de personnes affectées par la sécheresse sur les cours moyen et inférieur du fleuve Yangtsé
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)