Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.03.2011 16h00
Intervention militaire en Libye : l'OTAN peine à trouver un consensus (SYNTHESE)

Alors que des forces européennes et américaines ont largué des bombes et tiré des missiles ce week-end sur la Libye, un consensus international semble être encore difficile à trouver en ce qui concerne le plan d'intervention, même au sein de l'OTAN.

Après un marathon de réunions à Bruxelles, les ambassadeurs des pays membres de l'OTAN ne sont pas parvenus à un consensus sur la façon dont l'alliance atlantique pourrait participer aux efforts destinés à réaliser une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, conformément à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

Trois pays membres de l'OTAN, à savoir la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis, ont lancé des attaques sur des cibles libyennes samedi et dimanche, alors que la Turquie continue à s'opposer à une intervention militaire en Libye.

Les 28 membres de l'OTAN, qui sont tenus de parvenir à un consensus pour prendre une décision, chaque membre pouvant en effet opposer son veto, doivent se réunir de nouveau lundi sur cette question.

Ankara a exprimé son soutien à la décision du Conseil de sécurité sur l'établissement de la zone d'exclusion aérienne, mais s'est opposée à toute intervention étrangère en Libye.

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a averti dimanche que l'on risquerait de mettre en cause le consensus autour de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Libye si l'on tentait d'élargir les objectifs des frappes dans ce pays d'Afrique du nord.

"Il est important que nous agissions selon le mandat de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il souligné, depuis son avion en route vers la Russie.

Il a noté que la mission était soutenue par une coalition diversifiée et qu'ajouter des objectifs supplémentaires "crée un problème à cet égard", et de renchérir : "Il n'est pas prudent d'établir des objectifs spécifiques que vous pourrez peut-être atteindre mais peut-être pas".

Selon lui, la plupart des Etats de la région souhaitent que la Libye demeure un Etat uni et ne veulent pas être impliqués dans le conflit intérieur libyen.

Il a également mis en garde contre une implication trop importante dans le conflit intérieur en Libye, qui, selon lui, doit être réglé par les Libyens eux-mêmes.

Les autorités libyennes ont annoncé qu'au moins 64 civils ont été tués et 150 autres blessés dans les attaques, que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a qualifiées dimanche de "guerre de croisade" contre le peuple libyen.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa a critiqué dimanche l'intervention militaire de la coalition internationale contre la Libye.

"Ce qui s'est passé en Libye diffère de l'objectif qui consiste à imposer une zone d'exclusion aérienne. Ce que nous voulons est protéger les civils, et non pas les bombarder", a affirmé M. Moussa. Il a appelé à la tenue d'une réunion d'urgence de la Ligue arabe pour discuter de la situation en Libye.

La Ligue arabe avait demandé le 12 mars au Conseil de sécurité de l'ONU d'imposer une zone d'exclusion aérienne en Libye pour protéger les civils.

Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont lancé samedi de premières frappes aériennes sur les forces fidèles au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi après que le Conseil de sécurité de l'ONU eut autorisé l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne en Libye.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : le ministère du Commerce assure un approvisionnement suffisant en sel
La Chine alloue 35 milliards de yuans pour la construction de H.L.M.
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?
Quels avantages le 12e plan quinquennal pourra-t-il apporter aux habitants ?
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?
On ne construira pas l'équité sociale avec des troubles
Priorité à la prospérité de la population