Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.03.2011 17h23
La coopération américano-chinoise importante pour les exportations américaines, selon d'anciens représentants au commerce (INTERVIEW)

Bien que leurs disputes commerciales perdurent, les Etats-Unis et la Chine ont maintenant une opportunité sans précédent pour promouvoir leurs économies nationales et créer des emplois s'ils continuent à dialoguer et coopérer de façon étroite, ont indiqué jeudi certains anciens représentants américains au commerce (USTR) à l'agence Xinhua.

"La Chine a tellement bien réussi dans son développement économique, notamment quand elle permet à son peuple d'être productif", a estimé Charlene Barshefsky, ancienne USTR entre 1997 et 2001, à l'issue d'une discussion entre experts portant sur le programme du commerce américain, qui était organisée au Centre pour les Etudes stratégiques et internationales.

Plusieurs autres anciens USTR se sont également exprimés lors de la réunion de cette agence basée à Washington.

En tant que principal moteur de la reprise mondiale suite à la crise financière, la croissance de la Chine a été extrêmement robuste au cours des trois dernières décennies, et la Chine a devancé le Japon pour devenir la deuxième plus grande économie du monde, a rappelé Mme Barshefsky.

Selon elle, l'économie mondiale a vu émerger plusieurs tendances générales ces dernières années, dont la réapparition de la Chine et l'intégration des pays asiatiques autour de la Chine, ce qui a entraîné une modification de la structure du système commercial et économique mondial.

En tant que deux principaux acteurs dans le commerce mondial, la Chine et les Etats-Unis ont besoin d'un dialogue "plus robuste et plus direct" afin de se comprendre l'un l'autre, a souligné Mme Barshefsky.

Pour sa part, Clayton Yeutter, ancien USTR entre 1985 et 1989, a indiqué lors d'une interview accordée à l'agence Xinhua que la croissance rapide de la Chine fournissait le potentiel pour un accès au marché pour les produits agricoles et industriels ainsi que les services des Etats-Unis.

"Maintenant, la Chine est non seulement un exportateur majeur dans le monde, mais elle est aussi un importateur important", a-t-il fait remarquer.

Par ailleurs, en ce qui concerne l'objectif du président américain Barack Obama de doubler les exportations américaines en cinq ans, M. Yeutter a estimé que ce serait "possible mais très difficile", d'autant que le plan consiste à augmenter les exportations américaines à 2 000 milliards de dollars sur la base des 1 000 milliards de dollars réalisés en 2010.

En janvier 2010, M. Obama s'est engagé à doubler le volume des exportations, ce qui pourrait créer, selon lui, deux millions d'emplois.

Les exportations américaines ont augmenté de 17% en 2010 et ont soutenu des centaines de milliers d'emplois dans le pays, a indiqué l'actuel USTR Ron Kirk mardi dans un rapport.

Dans ce rapport annuel adressé au Congrès, M. Kirk a défini le programme commercial pour 2011, qui se concentrera sur la création de plus d'emplois, et de meilleurs emplois, aux Etats-Unis.

Etant donné le taux de chômage élevé, qui atteint actuellement à 9%, l'administration Obama a déployé des efforts supplémentaires pour dynamiser son programme commercial.

William E. Brock, ancien USTR de l'administration Reagan entre 1981 et 1985, a affirmé que tant la Chine que les Etats-Unis avaient besoin de croissance économique pour créer des emplois et traiter d'autres problèmes.

L'économie américaine reprend et l'urbanisation chinoise signifie un vaste potentiel de développement. Les deux pays peuvent créer plus d'opportunités de coopération s'ils arrivent à mieux se comprendre grâce à une communication efficace, a-t-il souligné.

Néanmoins, certains hommes d'Etat américains restent critiques à l'égard du rôle de la Chine concernant la réduction du déficit commercial américain.

Rob Portman, ancien USTR de l'administration de George W. Bush et actuel sénateur de l'Ohio, s'est dit préoccupé par le fait que la Chine "ne joue pas selon les règles".

Les Etats-Unis ne doivent pas "rejeter la responsabilité sur les autres", mais doivent résoudre eux-mêmes leurs propres problèmes fondamentaux, a toutefois indiqué M. Brock.

"Nous devons mettre de l'ordre dans notre maison", a dit en écho Mme Barshefsky.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence