Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.02.2011 13h20
La ministre française des Affaires étrangères démissionne
La démission de la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie(gauche) a déclenché le remaniement, dans lequel la portefeuille de son ministère est confiée au ministre de la Défense Alain Juppé(droite), qui est remplacé à son tour par Gérard Longuet, président du groupe UMP au Sénat.

La ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, critiquée depuis plus d'un mois pour plusieurs maladresses diplomatiques, a démissionné dimanche d'après-midi, ce qui déclencherait dans les heures qui viennent un remaniement gouvernemental.

La ministre a présenté sa démission dans une lettre adressée au président français Nicolas Sarkozy rendu public par l'AFP, tout en affirmant n'avoir "commis aucun manquement".

"Je me suis efforcée d'y répondre en veillant, dans mes fonctions comme dans mon comportement personnel, à toujours respecter les exigences, non seulement de la légalité, mais aussi de la dignité, de la moralité et de la loyauté", s'est justifiée la ministre dans la lettre.

"Bien qu'ayant le sentiment de n'avoir commis aucun manquement, j'ai donc décidé de quitter mes fonctions de ministre des Affaires étrangères et européennes", a-t-elle écrit.

La ministre fait l'objet de violents critiques depuis plus d'un mois et les partis d'opposition demandent vigoureusement sa démission. Elle avait proposé en janvier, quelques jours avant la chute de l'ancien président tunisien Ben Ali, devant les députés français, de partager "le savoir-faire" des forces de sécurité française avec le régime Ben Ali afin de "régler des situations sécuritaires" en Tunisie. Selon de récentes révélations des médias français, la ministre avait emprunté à deux reprises le jet privé de Aziz Miled, un proche du président déchu tunisien Ben Ali, durant ses vacances de Noël à la fin de 2010 dans le pays d'Afrique du Nord. Les parents de la ministre sont aussi soupçonnés d'avoir fait affaire avec M. Miled, accusation rejetée par la ministre.

Le président Sarkozy a exprimé dès lors à plusieurs reprise son soutien à la ministre jusqu'au milieu du mois de février. Mais le vent semblait avoir tourné depuis quelques jours alors que les rumeurs de la démission de Mme Alliot-Marie circulaient abondamment dans les médias français.

Un remaniement gouvernemental aurait lieu dans les heures qui viennent, avant que le président Sarkozy donne une allocution radiotélévisée à 20h00 sur la situation internationale, en vue de défendre la diplomatie française au coeur de la polémique.

Pourtant, une liste indiquant des nouveaux changements du personnel à plusieurs ministères importants circule déjà parmi les médias français.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
Chine : Jia Qinglin insiste sur la stabilité au Tibet
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence