Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.02.2011 17h56
Des navires de guerre iraniens arrivent en Syrie pour une mission d'entrainement

Deux navires de guerre iraniens sont arrivés jeudi au port maritime syrien de Lattaqia, à 350 km au nord de Damas, pour une mission d'entrainement, a confié une source médiatique à Xinhua.

Les deux navires, selon la source, étaient Alvand -- une frégate de 1500 tonnes armée de torpilles et de missiles -- et une Kharg -- un navire de ravitaillement de 33.000 tonnes.

Les deux navires, qui ont traversé le canal de Suez en Egypte avant d'entrer dans la mer Méditerranée, ont suscité la colère des hauts responsables israéliens, qui ont considéré le voyage comme une provocation.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué plus tôt que Tel-Aviv prenait "au sérieux" le mouvement des navires iraniens.

A l'arrivée à Damas mercredi, le chef de la marine iranienne, Habibollah Sayyari, a indiqué que les navires effectuaient un " voyage de routine" et n'avaient jamais participé à aucune manoeuvre militaire.

"Le régime sioniste exagère puisqu'il veut créer des tensions dans la région," a indiqué M. Sayyari selon la télévision iranienne.

Les Etats-Unis, qui dirigent la campagne des sanctions contre l'Iran pour son programme nucléaire, ont recommandé aux deux navires iraniens mercredi de suivre les lois internationales.

Les navires sont les premiers de la marine iranienne à traverser le canal de Suez depuis la révolution islamique d'Iran en 1979.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'«Année de la Jeunesse » Chine-UE s'est inaugurée à Beijing
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence