Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.02.2011 13h07
Le Sénégal accuse l'Iran d'armer la rébellion casamançaise via la Gambie (officiel)

Le Sénégal, qui a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran, accuse ce payer d'armer la rébellion en Casamance (sud du Sénégal), via la Gambie.

"Le Sénégal est indigné de constater que des balles iraniennes ont pu causer la mort de soldats sénégalais", indique un communiqué du ministère sénégalais des Affaires étrangères.

"Un rapport de l'état-major général des armées sénégalaises transmis au président de la République, Abdoulaye Wade, sur les derniers développements du conflit en Casamance, dans le sud du Sénégal, démontre que les rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance disposent d'armes sophistiquées qui ont causé la mort de soldats sénégalais", ajoute le communiqué.

A la suite de la saisie en novembre dernier au Nigeria d'un navire chargé d'armes en provenance de Téhéran, destinées à Gambie, le Sénégal avait rappelé son ambassadeur en Iran, avant de revenir sur cette décision en janvier suite à la visite du ministre iranien des Affaires étrangères.

"Le ministre des Affaires Etrangères de la République d'Iran a reconnu, lors de l'audience en date du 19 janvier 2011 que le président de la République lui avait accordée que l'Iran a eu à livrer plusieurs fois d'importants lots d'armes à la Gambie et les cargaisons saisies au Nigeria contenaient des munitions et étaient destinées à la Gambie", souligne le ministère sénégalais des Affaires étrangeres.

L'armée sénégalaise a enregistré une vingtaine de morts ces derniers mois en Casamance, en proie à une rébellion indépendantiste depuis plus de vingt ans.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
La Chine va renforcer la prévention des maladies infectieuses durant le printemps et l'été
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence