Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.01.2011 08h53
La Turquie continue à rechercher la justice pour le raid israélien sur la flottille humanitaire pour Gaza

La Turquie continuera de faire usage des mécanismes internationaux, même si la mission de la commission d'enquête de l'Organisation des Nations Unies sur le raid israélien l'été dernier sur la flottille humanitaire pour Gaza est tombée dans l'impasse, a déclaré mardi un officiel du ministère des Affaires étrangères.

Cette dernière semaine a vu renaître la controverse sur les rapports très différents présentés par Israël et la Turquie devant la commission. Etant donné que tous les membres de la commission ont un droit de veto, il y a des chances qu'elle ne sera pas en mesure d'adopter une résolution.

Mithat Rende, haut responsable du ministère turc des Affaires étrangères, a déclaré lors d'une conférence de presse que dans ce cas, "nous espérons que le président et le chef de la commission offriront leurs propres points de vue au secrétaire général des Nations Unies."

«Nous n'attendions pas grand chose", a déclaré Rende, "mais nous attendions au moins du rapport d'Israël qu'il soit neutre dans la description de certains des événements, qu'il reconnaisse certains des actes répréhensibles."

La Turquie a demandé l'indemnisation des familles des neuf tués dans le raid ainsi que des excuses officielles d'Israël.

"D'une certaine manière, Israël a agi à la fois comme le coupable et le juge, at-il ajouté.

Le rapport de la Turquie, qui a été soumis à la commission, en septembre, mais resté confidentiel, a tout de même vu certains de ses aspects liés à la fois à l'illégalité du blocus de Gaza, l'usage de la force inutile des commandos israéliens lors du raid contre la flottille, ainsi que les mauvais traitements infligés aux survivants filtrer dans la presse par la suite.

Le rapport israélien, présenté et publié la semaine dernière, plaide, cependant, en faveur de la légalité de la perquisition et répond aux préoccupations soulevées par le rapport turc et un rapport de la Commission des droits de l'homme.

Avec les deux rapports présentés, le jury se réunira en février ou en mars au cours de nombreuses sessions pour examiner les rapports.

"Nous avons dit clairement que nous sommes en quête de justice, s'il n'y en a pas, nous continuerons d'utiliser les mécanismes internationaux, » a-t-il ajouté.

Si la commission n'aboutit à rien, alors le prochain plan de la Turquie sera de saisir le Conseil des droits de l'homme.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wu Bangguo : la Chine restera fidèle au socialisme, conformément à la loi
Funérailles de l'ancien dirigeant militaire chinois Liu Huaqing
Face aux problèmes de circulation, Guangzhou met la pédale douce
La Chine a signé des listes d'achat pour près de 100 milliards de dollars ces deux derniers mois
La cohue des transports de la Fête du Printemps fait-elle partie de la culture chinoise ?
La « révolution de jasmin » est due à la rancune de la population et à la lutte pour le pouvoir
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »