Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.01.2011 08h09
Séoul présentera des conditions pour la reprise des pourparlers à six par le biais du dialogue intercoréen (Yonhap)

La Corée du Sud envisage de débattre des conditions de la reprise des pourparlers à six sur le dossier nucléaire de la péninsule coréenne par le biais du dialogue intercoréen, a rapporté mardi l'agence de presse Yonhap, citant une source du gouvernement.

La Corée du Sud est en contact étroit avec la Chine, les Etats-Unis, le Japon et la Russie, afin de dresser une liste de conditions préalables à la reprise du dialogue sur laquelle la République populaire démocratique de Corée (RPDC) doit se prononcer avant la reprise des pourparlers à six, selon Yonhap.

Lors de ces pourparlers avec la Corée du sud, la RPDC devrait débattre du dossier nucléaire de la péninsule et afficher son authentique volonté de dénucléarisation afin de permettre la reprise des pourparlers à six, entrés depuis longtemps dans l'impasse, a indiqué un haut responsable du gouvernement sud-coréen à Yonhap.

Le président sud-coréen Lee Myung-bak a exprimé en décembre dernier son soutien à la reprise des pourparlers à six, dont la dernière session a eu lieu en décembre 2008, revenant apparemment sur son opposition à la reprise imminente de ces négociations.

Les pays concernés devraient désamorcer le programme nucléaire de Pyongyang l'année prochaine par la voie diplomatique, et plus précisément par l'intermédiaire des négociations à six, a déclaré le président sud-coréen le mois dernier.

Pyongyang, qui avait auparavant annoncé que les pourparlers à six n'avaient plus de raison d'être, avaient exprimé récemment sa volonté de retourner à la table des négociations, tout en déclarant dans le même temps avoir développé une nouvelle usine hautement sophistiquée d'enrichissement d'uranium.

Les conditions préalables que Séoul poseraient pour la reprise des pourparlers consisteraient en l'arrêt de tous les programmes nucléaires de Pyongyang, le retour des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) en RPDC, et l'application de la déclaration conjointe adoptée en septembre 2005 par les six pays sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Les pourparlers à six sur le dossier nucléaire de la péninsule coréenne ont débuté en 2003, avec la participation de la Chine, de la RPDC, de la Corée du Sud, des Etats-Unis, du Japon et de la Russie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le froid intense se poursuit au sud de Chine
L'Année d'amitié sino-pakistanaise lancée à Islamabad
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse