Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.12.2010 16h29
Dossier nucléaire iranien : un responsable iranien juge les pourparlers de Genève constructifs

Ali Baqiri, conseiller adjoint iranien pour la sécurité nationale, a déclaré lundi à Damas que le dernier tour des pourparlers de Genève sur le dossier nucléaire iranien entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l'Allemange (5+1) était constructif.

Les pourparlers de deux jours organisés au début du moi ont pris fin avec l'engagement des deux parties de se rencontrer une nouvelle fois en janvier prochain à Istanbul, en Turquie.

M. Baqiri, en visite en Syrie, a accusé par ailleurs, lors d'une conférence de presse à l'ambassade d'Iran à Damas, les services de renseignements de l'Occident d'avoir participé à l'assassinat de scientifiques iraniens. "Quand les sanctions imposées sur l'Iran par l'Occident et l'ONU ont échoué, ils ont recouru à ce genres d'actes lâches", a-t-il indiqué.

M. Baqiri est arrivé samedi à Damas, où il a rencontré des dirigeants palestiniens basés à Damas, ainsi que le président syrien Bachar Al-Assad et le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mualem.

En novembre, un des spécialistes nucléaires iraniens a été assassiné et un autre blessé dans des attentats à la bombe à Téhéran, capitale iranienne.

Les Etats-Unis et des pays occidentaux accusent l'Iran de développement d'armes nucléaires sous couvert du son programme nucléaire, accusation rejetée par Téhéran, qui a déclaré que son programme avait pour fin pacifique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher