100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.10.2010 13h16
France : septième journée d'action contre la réforme des retraites avec des manifestations à la baisse

La France a vécu jeudi 28 octobre une septième journée d'action interprofessionnelle à l'appel de l' intersyndicale, en opposition à la réforme des retraites définitivement adoptée la veille par le parlement.

Selon des chiffres provisoirement communiqués par le ministère de l'Intérieur qui évoque une "nette baisse par rapport aux journées précédentes", quelques 198.000 personnes ont défilé à la mi-journée pour 92 défilés dans l'ensemble de la France.

Pour sa part, le syndicat CGT (Confédération Générale du Travail) a reconnu que la mobilisation était en recul à Paris avec 170.000 manifestants, contre 330.000 le 19 octobre dernier. La préfecture décomptant de son côté 31.000 personnes dans la rue, contre 67.000 lors de la précédente journée.

A Marseille, deuxième ville de France à la pointe de la contestation, les syndicats ont décompté 150.000 manifestants, contre 12.000 selon la police. Des chiffres également en baisse par rapport à celle du 19 octobre qui avait réuni de 23.000 à 240. 000 manifestants.

A Lyon, ville qui fut le théâtre de violence durant les deux journées précédentes, ils étaient 11.000 selon la préfecture, 32. 000 selon les syndicats, au lieu de 18.000 et 45.000 précédemment.

A Toulouse, Le cortège emmené par les salariés licenciés de l'équipementier automobile Molex qui vient d'annoncer des profits et des licenciements, a réuni 15.000 personnes selon la police et 120.000 selon les syndicats. Ces derniers avaient annoncé le 19 octobre 155.000 manifestants, contre 35.000 selon la police.

Bordeaux, autre ville où la mobilisation a été importante ces derniers semaines, la manifestation a rassemblé 18.300 personnes selon la police et 70 000 selon les syndicats, des chiffres en forte baisse par rapport à la précédente. Le 19 octobre, la police avait compté 34.000 manifestants et les syndicats 140.000.

"C'est sans doute la première fois qu'au lendemain du vote d'une loi, nous ayons des manifestations d'aussi grande ampleur et avec un soutien aussi populaire", a commenté Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT. Selon lui, le vote de "la loi ne mettra pas fin au processus revendicatif", sachant que Nicolas Sarkozy a le pouvoir de ne pas la promulguer.

Pour François Chérèque, secrétaire général de la CFDT ( Confédération Française Démocratique du Travail), "ce n'est pas parce qu'une loi est promulguée, qu'elle est votée, qu'elle devient juste", car "les salariés sont encore très majoritairement contre elle".

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, a affirmé de son côté que cette nouvelle manifestation n'était "pas un baroud d'honneur". Intervenant le matin même sur France 2, il avait dit que le mouvement aller laisser "des traces profondes" et que "le dialogue social avec le gouvernement est plombé".

Présents dans le cortège parisien, les responsables politiques de gauche ont également fait des déclarations à la presse.

"Le mouvement est comme un feu qui couve, et la réforme des retraites est un des symptômes du sentiment d'injustice (..) Il faut un geste du président, et ne pas promulguer la loi serait un geste politique. Aujourd'hui, le président devrait agir en chef d'Etat", a déclaré Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts.

"Les Français ont compris que tant que la loi n'était pas promulguée, ce n'était pas la loi de la République. Derrière les organisations syndicales, nous nous battrons jusqu'au bout", a commenté pour sa part Martine Aubry, Première secrétaire du Parti Socialiste (PS).

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois sur les travaux majeurs pour le dernier trimestre 2010
Barrage des Trois Gorges : la production est en passe de dépasser les 80 milliards de KWh l'année prochaine
Chine : Le Quotidien du peuple souligne une réforme politique étape par étape
Le Sénat français a adopté le projet de loi sur la retraite à 62 ans
Les Etats-Unis mènent une guerre monétaire
Pourquoi la Banque centrale augmente t-elle résolument son taux d'intérêt ?
Les Etats-Unis reculent dans leur dispute monétaire avec la Chine