100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 03.10.2010 10h26
Wen Jiabao, à Athènes, promet le « soutien du peuple chinois »

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao, en visite en Grèce, s'est entretenu samedi après midi à Athènes avec son homologue grec George Papandréou. Avant le début de l'entretien, une cérémonie d'accueil solennelle a été organisée en l'honneur de Wen Jiabao.

Lors de l'entretien, le Premier ministre chinois a voulu insister sur l'amitié qui lie les deux pays. « J'attends depuis longtemps ma visite en Grèce, a-t-il déclaré. La Grèce et la Chine sont deux pays qui possèdent de vieilles civilisations. Et pour cause, dès mon arrivée en Grèce, le pays m'a semblé très familier. J'apporte donc au peuple grec l'amitié, la coopération et le soutien du peuple chinois. Nos deux grands pays ont accordé l'un à l'autre leur soutien en cas de difficulté. Ce qui constitue non seulement un soutien, mais jette aussi une base solide pour l'amitié et la coopération entre les deux pays. »

Le Premier ministre grec Georges Panpandréou a souhaité la bienvenue à son homologue chinois, tout en indiquant que la visite de ce dernier a lieu à un moment où le pays traverse de nombreuses difficultés. La visite du Premier ministre chinois a, selon lui, « une portée historique », du fait qu'elle est très importante tant pour renforcer les relations entre la Grèce et la Chine, que pour celles entre la Grèce et l'Union européenne.

Source: CRI

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Nouvelles règles de détermination des peines pour les infractions en matière de cyberattaques
Rencontre à Beijing entre les PM Wen Jiabao et David Cameron
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
Le partenariat stratégique global sino-français entre dans une nouvelle phase (PAPIER GENERAL)
Les liens sino-européens ont besoin d'esprits ouverts