100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.09.2010 08h17
La Corée du Sud annonce des sanctions indépendantes contre l'Iran

La Corée du Sud a annoncé mercredi des sanctions indépendantes contre l'Iran pour son projet nucléaire controversé, prenant ainsi part à une campagne américaine destinée à sanctionner Téhéran.

Séoul a publié une liste noire comportant 102 entités et 24 individus soupçonnés d'avoir participé aux activités nucléaires de Téhéran et décidé d'imposer "une pénalité sévère" à la branche de la banque Mellat, la seule banque iranienne opérant en Corée du Sud, soupçonnée de mener des transactions financières illicites en faveur du programme nucléaire iranien.

Selon une enquête menée par les autorités financières de Séoul sur la banque Mellat, des pratiques violant la loi sur les opérations en devises étrangères ont été révélées, a affirmé le gouvernement sud-coréen. L'ONU a accusé cette banque "d'avoir facilité les transactions de centaines de millions de dollars pour aider les entités nucléaires, de missile et de défense iraniennes".

"Les transactions effectuées par la banque Mellat, même si le montant est de seulement un dollar, devront toujours obtenir l'approbation préalable du gouvernement", a confié aux journalistes un responsable sud-coréen, à l'issue d'un point de presse conjoint organisé par les agences gouvernementales concernées, dont le ministère sud-coréen des Affaires étrangères, le Service de supervision financière (FSS) et le ministère des Finances.

Quinze banques iraniennes, dont la banque Mellat, le Corps des gardes révolutionnaires islamiques (CGRI) et les Lignes maritimes de la République islamique d'Iran (IRISL), ont été inscrits sur la liste noire. La Compagnie des transports maritimes (CISCO) et la Compagnie commerciale pétrochimique d'Iran figurent également sur cette liste.

Conformément aux sanctions adoptées par Séoul, qui s'ajoutent aux mesures punitives de l'ONU dues au programme d'enrichissement nucléaire iranien accusé par l'Occident d'être une couverture pour la mise au point d'armes nucléaires, toutes les institutions financières implantées en Corée du Sud devront soumettre un rapport aux autorités sud-coréennes ou acquérir leur permission préalable, si elles souhaitent faire des transactions financières dont le montant dépasse 10.000 euros avec l'Iran.

Séoul renforcera également les inspections sur les cargaisons liées à l'Iran, interdira aux entités et individus placés sur la liste noire de voyager en Corée du Sud et restreindra les investissements sud-coréens vers l'industrie iranienne de raffinage gazier et pétrolier.

Les sanctions indépendantes interviennent après que les Etats-Unis eurent accentué leurs efforts pour pousser Séoul à rejoindre sa campagne pour entraver "l'ambition nucléaire iranienne". Robert Einborn, le conseiller spécial chargé de la non-prolifération et du contrôle de l'armement du département d'Etat américain, a effectué une visite en août pour faire pression sur Séoul.

De son côté, Téhéran, qui a démenti les accusations et affirmé que ses activités nucléaires ont uniquement des fins pacifiques, a menacé de mettre en place des mesures de rétorsion.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Xi Jinping : la Chine s'engage à créer un environnement d'investissement plus ouvert pour les entreprises étrangères
Chine-France : Rencontre entre Wu Bangguo et Alain Juppé
Un été, témoin d'incessantes expulsions de Roms, qui « fait rougir la France »
Les liens sino-européens nagent encore dans l'incompréhension mutuelle
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?