100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.10.2009 08h32
La Haut Commissaire des droits de l'homme appelle à l'ONU d'une enquête indépnedante sur les violences en Guinée

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, appelle mercredi à l'organisation d'une enquête indépendante sur les rapports faisant état de nombreux cas de violations des droits de l'homme lors de la violente répression de la manifestation du 28 septembre en Guinée.

"Je prends note de la décision des autorités guinéennes de mener une enquête afin de savoir qui a ordonné d'ouvrir le feu sur les manifestants", a déclaré Navi Pillay dans une déclaration.

"J'aimerais néanmoins insister sur le fait qu'il est essentiel que cette enquête soit indépendante et impartiale afin que les auteurs d'exécution sommaires, de viols et des autres violations des droits de l'homme soient traduits en justice", a-t-elle affirmé.

La Haut Commissaire a condamné fermement l'usage excessif de la force, y compris les tirs à balles réelles, par les forces de sécurité guinéennes afin de disperser une manifestation pacifique organisée à Conakry.

Navi Pillay a exprimé également sa profonde préoccupation face aux rapports faisant état de plus de 130 morts, de viols dont ont été victimes des femmes, ainsi que de violences, d'arrestations arbitraires et de pillages de domicile à l'encontre de membres de l'opposition politique.

Elle a rappelé que la Guinée est partie à la plupart des instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme qui imposent le respect, entre autres, du droit à la vie, de la liberté d'expression et du droit d'assemblée.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
181 étrangers participeront au défilé consacré à la célébration de la Fête nationale
Le Premier ministre chinois se rendra en RPDC en octobre
Le développement de la Chine donne de l'espoir à l'Afrique
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?