Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.07.2009 14h14
Rencontre à San José des parties honduriennes concernées par la médiation

Les représentants du président déchu hondurien, Manuel Zelaya, et du gouvernement par intérim se sont de nouveau rencontrés mercredi à San José avec le médiateur en chef et président costaricain, Oscar Arias, pour le troisième tour des négociations.

Une "Déclaration de San José" a été annoncée mercredi par M. Arias comme solution à l'actuelle crise au Honduras.

La présidence costaricaine a confirmé à l'agence Xinhua que la Déclaration à signer demande le retour de M. Zelaya au Honduras sous 24 heures.

Selon des reportages, un "gouvernement d'unité nationale et de réconciliation" reste une des propositions modifiées visant à mettre fin à la crise d'une manière pacifique.

M. Arias a également appelé la communauté internationale à lever les sanctions économiques contre le Honduras.

La présidence costaricaine a confirmé que la délégation du gouvernement par intérim hondurien était entrée dans le palais présidentiel de M. Arias il y a quelques minutes.

Les représentants de M. Zelaya se sont rendus mercredi à San José pour écouter les nouvelles propositions de M. Arias afin de trouver une solution à l'actuelle crise au Honduras qui a débuté le 28 juin dernier.

Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement par intérim hondurien, Carlos Lopez, a indiqué que son gouvernement ne cédera pas à la demande de permettre le retour au pouvoir de M. Zelaya, ajoutant que "l'hypothèse d'un éventuel retour de M. Zelaya pour occuper la présidence est totalement exclue".

Le médiateur désigné, M. Arias, doit lire une "Déclaration de San José" ou un plan de réconciliation modifié plus tard mercredi, alors qu'expirera le terme de 72 heures qu'il a établi pour convaincre les dirigeants post-coup d'Etat de réinstaller M. Zelaya.

Le gouvernement par intérim hondurien a rejeté les sept points proposés par M. Arias la semaine dernière pour permettre le retour de M. Zelaya dans un gouvernement de partage du pouvoir.

Cependant, M. Zelaya a souligné, lors d'un entretien accordé mercredi à Radio Globo du Honduras, qu'il retournera dans son pays avec ou sans accord entre les parties concernées juste après l'expiration du terme de 72 heures.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?