100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 16.09.2010 10h38
Les tragédies des accidents de la route appellent d'urgence à davantage d'éthique et de règles

La Chine a été horrifiée par la mort tragique d'un garçonnet de trois ans qui a été écrasé par une voiture de luxe, et par le comportement du conducteur, qui est passé plus d'une fois sur le corps du malheureux enfant.

Un journal local a rapporté la tragédie le 13 septembre, et les médias ont par la suite diffusé un enregistrement vidéo de la scène.

En à peine deux jours, le nombre d'internautes ayant commenté l'accident a atteint 503 589 sur le seul site QQ.com, dépassant toutes les autres nouvelles.

Le véhicule, une BMW X6, est apparemment passée quatre fois sur le corps du garçonnet en moins de trente secondes dans une communauté résidentielle de Xinyi, une petite ville de la province du Jiangsu, dans l'Est de la Chine, le 7 septembre.

Une caméra de surveillance a enregistré tout l'évènement. Le conducteur de ce véhicule utilitaire sport a été vu faisant reculer sa voiture, et heurté le garçonnet qui jouait derrière elle. Le véhicule s'est arrêté un instant avant de rouler sur le corps de l'enfant avec sa roue arrière gauche. Le conducteur est ensuite reparti en marche avant et passé sur le garçonnet une deuxième fois. Il a alors arrêté sa voiture et est sorti, mais le véhicule a continué à reculer, écrasant une nouvelle fois l'enfant avec ses deux roues gauches. L'homme a alors regardé l'enfant qui baignait dans une mare de sang, mais il est ensuite parti sans avoir rien fait pour secourir la malheureuse petite victime.

Le père du garçonnet pense que le conducteur a délibérément tué son fils, sachant que l'indemnisation en une fois pour une personne décédée lui coûterait beaucoup moins cher que de payer pour un enfant handicapé jusqu'à la fin de ses jours. Les commentaires en ligne sont partagés, la majorité étant d'accord avec le point de vue du père. D'autres pensent que le conducteur n'a peut-être pas tué intentionnellement l'enfant, et a commis cet acte sous le coup de la panique et du manque d'expérience. La police locale est en train d'enquêter sur l'affaire.

Le comportement du conducteur serait définitivement ignoble s'il s'avérait qu'il a intentionnellement tué l'enfant. Mais quand bien même aucune intention maligne n'aurait été prouvée de la part du conducteur, il n'en reste pas moins que son comportement n'est rien moins qu'écoeurant. Et il est même plus inquiétant encore car il fait preuve d'une effrayante apathie face à la possible perte d'une vie ou de possibles blessures à autrui.

Mais c'est exactement chose commune parmi un nombre considerable de conducteurs chinois, et en particulier ceux qui ont acheté leur première voiture ces dernières années.

Avec la croissance économique et l'accumulation de richesses qui se sont accélérées dans la dernière décennie, les Chinois se sont soudain rendus compte que posséder une voiture privée n'était plus un privilège réservée à un petite fraction de la société. La possession de voitures privées a très fortement augmenté ces dix dernières années. En 2003, quand les berlines privées ont été pour la première fois incluses dans les statistiques officielles, il y avait 4,95 millions de ces voitures dans le pays. Elles étaient 26,05 millions à la fin de l'année dernière, soit cinq fois plus. Il y a vingt ans, il n'y en avait que 820 000.

Cette arrivée soudaine de ce qu'on a appelé « l'âge de l'automobile » a fait que l'on a vu de nombreuses personnes se battre pour posséder une voiture. En se retrouvant assis derrière un volant dans un espace clos, ces nouveaux conducteurs sentent souvent que c'est comme si tout leur appartenait. Et de ce fait, il y a eu une explosion des cas de comportement dangereux au volant. Ainsi, nombre d'entre eux ne s'arrêtent pas, voire ne ralentissent pas à l'approche d'un passage rayé pour piétons. Ils accélèrent dans les mares qui se trouvent sur les routes et éclaboussent les passants. Ils changent de voie sans le signaler. Ils n'éteignent jamais leurs feux de route aveuglants sur une route à double sens la nuit. Enfin ils n'hésitent pas à rouler sur la bande d'arrêt d'urgence d'une autoroute si jamais ils repèrent un bouchon en avant.

Dans la plupart des cas, ce comportement n'est pas intentionnel. Ils n'ont tout simplement pas l'idée de penser un tant soit peu aux autres usagers de la route. Ils ne sont pas conscients que leurs actes sont un danger pour les autres, mais pour eux aussi. Ils sont égoïstes, tout simplement.

Lors d'un forum sur la circulation urbaine tenu en 2008, Duan Liren, un chercheur sur le trafic routier, a dit : « Le taux de mortalité sur les routes chinoises est à présent le plus élevé du monde ». Que cette affirmation soit vraie ou pas n'est pas le sujet ici, mais en tout état de cause l'état chaotique de la plupart des routes de Chine est clairement évident.

Les autorités se sont montrées très soucieuses de ce problème, et elles ont pris des mesures sévères pour y faire face. Elles ont lancé des campagnes pour réprimer les automobilistes qui grillent les feux rouges ou conduisent sous l'influence de l'alcool. Mais hélas, elles ont rarement établi des sanctions sévères à l'encontre des conducteurs qui commettent des « fautes mineures », comme refuser le passage aux piétons ou garder leurs feux de route allumés face aux véhicules venant de face la nuit.

Ce sont ces « fautes mineures » qui reflètent le mieux l'éthique routière médiocre des conducteurs chinois. Si ce genre de fautes n'est pas traité avec la même sévérité que la conduite en état d'ivresse, les conducteurs chinois ne changeront jamais leurs mauvaises habitudes, et il n'y aura jamais de « culture automobile » gracieuse en Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao rencontre le président de la Banque mondiale
L'élan économique chinois assuré par le plan de relance
L'alliance entre la politique et le commerce - tumeur maligne de la justice sociale
Les syndicats français défendent la retraite à 60 ans
Ce n'est qu'en disant la vérité que la voix de la Chine fera plus autorité
Présenter une Chine variée à l'Europe
La croissance chinoise se fait aussi avec les pays d'Afrique