100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 18.03.2010 10h05
Faire oeuvre de bienfaisance demande du professionnalisme

La bienfaisance doit être exercée de manière professionnelle. Si vous ne savez pas comment faire, alors travaillez avec quelqu'un qui sait. Voici ce qu'ont dit en substance deux experts en ce domaine au sujet de la controverse qui a suivi la récente donation frauduleuse de l'actrice Zhang Ziyi.

Lors d'un entretien avec le China Daily, l'actrice a avoué qu'elle n'avait réussi à collecter que 1 300 Dollars à Cannes en 2008, tandis que le reste des 500 000 Dollars si médiatisés n'étaient que des promesses.

« Une donation n'est pas complète tant que le paiement n'a pas été reçu », dit Wang Haijing, Vice-président de la Société de la Croix Rouge de Chine. « Si le donateur ne peut donner l'argent promis immédiatement, un contrat de donation formel devrait être présenté à l'association de bienfaisance ».

Le conseil que donne M. Wang à ceux qui souhaitent faire des donations de bienfaisance est de travailler avec des institutions professionnelles.

« Pour faire oeuvre de bienfaisance, la passion, ça ne suffit pas », dit-il. « Le professionalisme est extrêmement important. Vous ne pourrez pas faire ça correctement sans les connaissances appropriées. Et si vous n'avez pas l'occasion d'apprendre ces connaissances, alors il vaut mieux que vous travailliez avec des institutions professionnelles ».

Opinion que partage Zheng Yuanchang, directeur du Bureau de la bienfaisance au Ministère des Affaires Civiles.

« La bienfaisance est une véritable profession », dit-il. « Vous devez connaître les lois et règles concernées, faute de quoi vos bonnes intentions risquent de tourner en fautes ».

Zhang Ziyi n'est pas isolée. Ces dernières années, de nombreuses célébrités ont rejoint le secteur de la bienfaisance, comme la Fondation One de Jet Li ou la Fondation Sourire d'Ange de Wang Fei. Certains louent leurs actions, alors que d'autres pensent que le battage médiatique que cela suscite bénéficie surtout à leur image. Pourtant, tant M.Wang que M. Zheng souhaitent qu'il y ait davantage de personnes de ce genre en dépit des récentes controverses.

« Il n'y a aucune différence entre les personnes célèbres et les personnes non célèbres. Quiconque veut faire oeuvre de bienfaisance mérite le respect », dit Wang Haijing. « En tant que fondation de bienfaisance, ce que nous faisons, c'est d'aider ces personnes à diriger leur bonté vers ceux qui en ont besoin. Etre discret ou non est une chose personnelle. Cela ne nous regarde pas ».

« Les célébrités ont une influence sociale. Si elles veulent l'utiliser pour appeler davantage de gens à rejoindre les oeuvres de charité, alors nous en sommes ravis », a ajouté M. Zheng.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao rencontre le ministre britannique des Affaires étrangères
La Chine et le Royaume-Uni vont renforcer leur dialogue stratégique
« Arrogance » des Chinois ou bien « présomption » de certains Occidentaux ?
Obama «joue avec le feu» en incitant une réévaluation du yuan
La culture d'Amflora fait beaucoup de tapage en Europe
L'UE hausse le ton face au protectionnisme américain
La Chine doit-elle déplacer ailleurs le « Made in China » ?