Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 24.09.2008 15h32
Un système de responsabilité qui respecte l'opinion publique

Le scandale du lait en poudre frelaté, dans lequel on a découvert la présence de mélamine, a connu le 22 courant un nouveau résultat de la « responsabilité imputée » : deux cadres dirigeants à l'échelon provincial et ministériel viennent d'être limogés, le premier dont la démission a été approuvée par le Conseil des Affaires d'Etat et le deuxième relevé de ses fonctions.

C'est après le grave accident mortel du « huit septembre » qui s'est produit dans la Province du Shanxi (une coulée de boue meurtrière survenue suite à des pluies diluviennes le 8 septembre lorsqu'un bassin de rétention contenant des résidus de la Mine de fer de Tashan au district de Xiangfen, dans la ville de Linfen a cédé et que des villages et un marché en pleine activité situé 500 mètres en contrebas ont été ensevelis) qu'une fois de plus de hauts fonctionnaires d'Etat ont été révoqués dans un temps relativement court en raison de la responsabilité qui leur incombe dans cette affaire.

Depuis le début de ce mois, plusieurs graves accidents se sont produits successivement dans le pays et les gens sont en proie à l'inquiétude et ont le cœur lourd, alors que l'image de la Chine est gravement atteinte et compromise. Le public chinois se demande : Il y a tellement de départements gouvernementaux qui assument la responsabilité de supervision, de surveillance et de contrôle, comment se fait-il qu'ils semblent autant indifférents et sont aussi lents à réagir face à de tels désastres et catastrophes ? Pourquoi font-ils toujours la sourde oreille, restent-ils indifférents et demeurent-ils aussi insensibles devant les malheurs des masses populaires ? Pourquoi font-ils preuve d'une telle insouciance et négligence dans leur travail de surveillance et de contrôle ? Si les départements concernés et intéressés ne font rien ou de réagissent pas assez, comment faire pour les superviser et les contrôler plus efficacement ?

Le respect et la réponse oui ou non à l'opinion publique, la responsabilité imputée à qui et comment agir pour incriminer les fautifs en leur imputant la responsabilité ? Tout cela constitue pour le gouvernement, après de tels graves accidents survenus dans un laps de temps relativement court, une importante épreuve qu'il ne peut échapper ni se soustraire.

A l'heure actuelle où une tempête d'imputation de responsabilité balaie et s'abat dans tout le pays, la masse populaire se ressent plus tranquille.

Elle se traduit dans la rapidité d'imputation de responsabilité – on ne fait plus comme autrefois où les cadres concernés ne seront punis qu'après le « règlement total » de l'accident et quand on aura le temps d'agir. Maintenant, la responsabilité administrative est considérée comme une partie très importante du « règlement de l'affaire ».

Elle est exprimé par le degré de force de frappe au sujet de la responsabilité -- un fonctionnaire au niveau de ministre endosse lui-même la responsabilité et demande sa démission, alors que les adjoint sont démis de leurs fonctions, ce qui fait la responsabilité n'est plus comme autrefois quelque chose de superficielle qui ne font ni chaud ni froid. Devant de tels désastres qui produisent des effets tellement négatifs, il est nécessaire que de hauts fonctionnaires concernés endossent l'entière responsabilité et cela est en voie de devenir un système et un état normal.

Elle est manifestée par l'objet de la responsabilité – dans l'accident du « huit septembre » occasionné par l'écroulement du bassin de rétention au Shanxi, la responsabilité est imputée aux principaux cadres dirigeants des quatre entités administratives de la province, de la municipalité, du district et du canton, car en ce qui concerne la responsabilité envers le peuple, aucun fonctionnaire d'Etat, quelque soit son échelon et le poste qu'il occupe, ne peut se soustraire au blâme et à la punition.

L' « imputation de la responsabilité » qui respecte l'opinion publique est reconnue et acceptée favorablement par celle-ci et le public exprime son soutien et sa satisfaction en envoyant des messages en ligne. Ces derniers temps, lors du sauvetage et des soins prodigués aux bébés et aux enfants qui ont bu du lait maternisé contaminé, il s'est produit sans cesse des scènes émouvants de compréhension mutuelle, de soutien et de coopération.

Après l'application du système d'imputation de la responsabilité, à chaque grave accident concernant la sécurité publique, il y a eu toujours des fonctionnaires d'Etat punis et destitués. Toutefois, l'imputation de la responsabilité après l'accident revêt surtout un caractère de rappel et de signal pour attirer l'attention. Dans le cas où la transparence et l'ouverture des affaires administratives ne peuvent être réalisées, dans le cas où il n'existe pas de contrôle extérieur ferme et énergique et dans le cas où il n'y a pas de participation populaire qui exerce une pression et une force concentrée de la société, et si c'est seulement quelque fonctionnaire qui agissent avec prudence et circonspection comme s'ils marchent sur une mince couche de glace, ce qui fera que certains secteurs deviendront des « secteurs à hauts risques » et on craint bien que de tels accidents tragiques continueront à se produire inévitablement.

Il faut faire plus et lorsque l'imputation de la responsabilité devient un système, la prévention de graves accidents de la sécurité résidera alors dans l'application ferme et effective du principe fondamental de la prédominance de la personne humaine et de l'idée du développement scientifique.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Réorganisation du Ministère chinois des Ressources humaines et de la Protection sociale
 Des officiels seront licenciés, s'ils ont mal traité des plaintes du public
 Chine : 1.898 règlements abolis ou déclarés périmés
 Un sondage d'opinion sur le degré de satisfaction pour le travail d'organisation
 L'Internet contribue au progrès de la Chine
 Un nouveau système de fonction publique appliquée à Pudong
 Des chiffres de plus en plus complets, le gouvernement de plus en plus transparent
 La transparence en matière des informations en Chine n'est pas une mesure temporaire prise sous la pression
 La transparence concernant les informations va être améliorée
 L'Assemblée va rendre publique les projets de loi
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.