Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.04.2012 10h34
L'accord de libre-échange Chine-Corée du Sud un « plus gros gâteau » pour les deux pays

Les positions de Beijing et Séoul ont été « raisonnées et bien transmises » alors que les deux pays se préparent pour des négociations formelles sur un accord de libre-échange bilatéral qui est prévu pour bientôt, a déclaré dans une interview exclusive accordée au China Daily Kim Min-cheol, l'un des principaux négociateurs Sud-coréens.

M. Kim, directeur de l'Equipe Chine du Groupe de Travail ALE Asie de l'Est au Ministère des Affaires étrangères et du Commerce à Séoul, a dirigé son équipe lors de la réconciliation des derniers mois avec son homologue chinois pour régler les détails et ouvrir la voie à la négociation ALE.

Aujourd'hui, la Chine et la République de Corée en sont « à la phase finale des consultations préliminaires » qui précède la négociation ALE, selon M. Kim.

« Dès que nous aurons achevé les procédures législatives internes et que les consultations en cours avec notre homologue chinois se déroulent bien, elles (le début des négociations formelles de l'ALE) peuvent se produire dans la première moitié de l'année », a-t-il indiqué.

Actuellement, la Chine est le premier partenaire commercial, la première destination d'exportation et la première source d'importation de la Corée du Sud, tandis que celle-ci est le troisième partenaire commercial de la Chine.

Le commerce annuel entre les deux nations a atteint 245,6 milliards de Dollars US en 2011, soit une augmentation de 18 % d'une année sur l'autre.

Étant donné le volume des échanges, «l'importance de l'accord bilatéral de libre-échange de la Corée du Sud avec la Chine est supérieure à ceux conclus avec les Etats-Unis et le Japon", a dit Kim.

Les entreprises de Séoul ont tiré profit du plein essor du commerce de l'externalisation de leurs activités manufacturières à des partenaires chinois pour fabriquer des produits à forte valeur ajoutée, comme les écrans LED, destinés à un marché tiers, a dit M. Kim.

« Les liens commerciaux entre les deux pays sont complémentaires plus qu'ils ne sont concurrents ». Beaucoup de personnes pensent qu'assurer l'équilibre des intérêts est la priorité absolue des consultations bilatérales, mais ce n'est pas l'avis de M. Kim.

« Au lieu de cela, l'accent devrait être mis sur la façon de rendre le ‘gâteau' plus grand et de faire des progrès substantiels sur les marchés en expansion », a dit M. Kim, ajoutant que les intérêts des deux parties parviendront « naturellement à un équilibre progressif » au cours du processus de croissance du volume des échanges.

M. Kim a approuvé la communication avec ses homologues du Ministère chinois du Commerce, et ajouté que l'équipe chinoise est très professionnelle et sage.
« Notre objectif commun est pas la concurrence, mais la recherche de réponses possibles acceptables par les deux nations », a-t-il dit.

Ces derniers mois, les agriculteurs coréens ont protesté à Séoul contre l'ALE Chine-Corée du Sud, affirmant que l'ALE se traduirait par un « coup dur » pour le secteur agricole de leur pays.

Selon M. Kim, les agriculteurs coréens craignent que l'ALE avec la Chine « en raison de son désavantage comparatif en matière de prix », et le problème des produits agricoles constitue l'un des « principaux facteurs » qui se trouve derrière la longue préparation des négociations pour l'accord bilatéral de libre-échange.

L'étude de faisabilité conjointe menée par les délégués gouvernementaux, universitaires et industriels des deux pays a été conclue en 2010.

La signature de l'accord se traduira par la réduction des droits de douane et la stimulation des secteurs manufacturiers et des emplois dans les deux pays, et les consommateurs des deux pays pourront ainsi avoir davantage accès à des produits rentables, comme les smartphones Samsung, a dit M. Kim.

« Le secteur chinois des services devraient également entrer davantage en concurrence avec leurs homologues sud-coréens pour gagner la dynamique », a-t-il dit.

Le Président Hu Jintao et le Président sud-coréen Lee Myung-bak se sont rencontrés officiellement deux fois cette année pour illustrer l'importance du commerce dans le partenariat stratégique et coopératif.

Hu Jintao a eu un premier entretien avec Lee Myung-bak lors de la visite d'État de celui-ci en Chine au début de janvier, et les deux parties ont convenu de « débuter rapidement » les négociations pour l'ALE.

Au cours de la deuxième réunion en marge du Sommet de 2012 sur la sécurité nucléaire qui s'est tenue à Séoul à la fin du mois de mars, Hu Jintao a déclaré à son homologue sud-coréen que la Chine "croit à la réalisation rapide d'un montant de commerce bilatéral de 300 milliards de Dollars US en 2015".

« Si les négociations sont engagées, la route vers (la conclusion des négociations) ne sera pas facile ... Cependant, elles ne sauraient échouer, même dans le pire des cas », dit M. Kim.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour une redécouverte de l'esprit de Bandung
Mali : triomphe du régime constitutionnel
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie