Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 05.04.2012 08h36
Alcatel-Lucent apprécie les bonnes perspectives commerciales en Chine

Rajeev Singh-Molares, vice-président exécutif du fabricant d'équipements de communications Alcatel-Lucent, a indiqué mardi que sa société allait approfondir sa participation dans le secteur chinois des infrastructures de communications, le marché présentant un énorme potentiel.

"Faire affaires en Chine est passionnant et attirant", a indiqué Singh-Molares lors d'une interview avec l'agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle) lors de la conférence annuelle du Forum de Boao pour l'Asie, tenu dans la province méridionale de Hainan.

La société envisage de jouer un rôle décisif dans le développement des infrastructures de communication chinoises, le pays projetant d'investir 1 600 milliards de dollars (254 milliards de dollars) dans la construction du réseau à haut débit d'ici 2015, a-t-il estimé.

"Pour Alcatel-Lucent, fournir les infrastructures du réseau qui relie les utilisateurs chinois, dont le nombre augmente rapidement, avec les services de technologie de nuage omniprésente et en plein essor, est une immense source d'opportunités commerciales", a indiqué Singh-Molares, également vice-président de Alcatel-Lucent Shanghai Bell.

Celui-ci reste en effet très optimiste sur les perspectives de sa compagnie en Chine, indiquant que le pays est sur la bonne voie de la croissance économique.

"Ce que j'ai appris dans les discussions de table ronde avec environ 30 PDGs du monde entier, est que la plupart des gens croient que l'environnement d'investissement en Chine est actuellement stable et va en s'améliorant", a souligné Singh-Molares.

De plus, poursuit-il, le développement de la joint-venture de la société en Chine reflète celui de l'industrie des communications en Chine au cours des 30 dernières années. "Il existe des challenges à surmonter, mais c'est la nature même des affaires".

Alcatel-Lucent Shanghai Bell est une joint-venture fondée en 1982. Elle possède actuellement 50% des actions, tandis que la Commission de Contrôle et d'Administration des Biens publics, l'organe de surveillance des biens d'Etat chinois, dispose du reste.

Source: xinhua

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Position ferme sur les prix des maisons
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions