Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 23.03.2012 13h44
Privé du « stabilisateur chinois », l'économie mondiale connaîtrait le désastre

Les effets de la crise de la dette continuent à s'étendre et à s'aggraver aux Etats-Unis et en Europe, ce qui ralentit le relèvement de l'économie mondiale. Au moment où les pays de l'Europe et les Etats-Unis déploient de grands efforts pour se tirer du bourbier de la crise financière, l'économie chinoise, qui maintient une croissance stable et durable, devient un « stabilisateur » de l'économie mondiale. La Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde a déclaré dernièrement que sans la force motrice fournit par la Chine assurant la croissance et la stabilité, l'économie mondiale serait alors dans une situation beaucoup plus mauvaise et même désastreuse.

La Chine joue un rôle déterminant face aux deux crises.

La faillite qui en 2008 s'est abattue successivement sur les banques d'investissement américaines à commencer par Lehman Brothers Holdings a été le prélude de la crise financière qui frappe durement le monde entier. Puis vers 2011, la crise de la dette souveraine a éclaté dans plusieurs pays de l'Europe, dont principalement la Grèce, ainsi qu'aux les Etats-Unis et ses effets ont entraîné le déclin sans précédent de l'économie mondiale, laquelle s'enlise de plus en plus dans le bourbier. Pour ce qui est de la Chine, elle a réagit vivement et rapidement dès que la crise financière a commencé à poindre et avant même qu'elle lance l'attaque. Ainsi, l'application de la politique de stimulation financière forte de quatre mille milliards de yuans a permis à l'économie chinoise de se soustraire à cette attaque et de se redresser en réalisant durant trois années consécutives une croissance annuelle de plus de 9%, ce qui non seulement donne confiance à l'économie mondiale et lui apporte un important soutien, mais en plus joue le rôle de force motrice donnant l'exemple aux autres entités économiques les encouragent à faire des efforts pour leur redressement.

« Comparaison faite avec les Etats-Unis qui hésitent à prendre décision dans l'application de leur politique, la Chine a été la première à présenter explicitement et à appliquer résolument un programme global permettant de faire face efficacement à la crise financière. », a déclaré Zhao Xijun, vice recteur de l'Institut des Affaires financières de l'Université du Peuple de Chine, lors d'une interview qu'il a accordée à notre correspondant. Il a ajouté que la détermination et la résolution de la partie chinoise ont raffermi le courage et le moral des autres parties et ont ainsi contribué au relèvement de l'économie mondiale. Par contre, les effets de la crise financière internationale ont été relativement moindres dans les régions asiatiques par suite de la balance favorable d'un grand nombre de pays d'Asie quant à leur commerce avec la Chine. Cela démontre que l'essor vigoureux de l'économie chinoise a entraîné la croissance économique de toute l'Asie et a permis à cette dernière d'éviter que la crise financière produise des effets plus profonds sur elle. Il est à prévoir que cette crise a fait comprendre aux pays voisins de la Chine ainsi qu'à toute l'Asie et à l'Australie, qu'il est dans leur intérêt de resserrer plus étroitement leurs liens économiques et commerciaux avec celle-ci.

« La réussite économique de la Chine a attiré depuis de nombreuses années l'attention mondiale et chaque année nous sommes surpris et émerveillés des nouveaux succès obtenus par elle dans sa croissance économique. », a dit Christine Lagarde qui a insisté que durant ces trente dernières années, la Chine a créé 370 millions d'emplois et tiré de la pauvreté plus de 500 millions de personnes, et est devenue la deuxième économie mondiale. Elle a fait remarquer que face à la crise internationale, la Chine a été la première parmi les pays du G20 à lancer et à appliquer de façon efficace les mesures de stimulation et excitation économiques et le renforcement du rôle dirigeant joué par elle dans les institutions internationales reflète sa réussite économique.

Les importations chinoises constituent une aide d'importance au développement de l'économie mondiale.

Suite à l'approfondissement du degré de sa participation internationale à l'économie mondiale, la Chine est devenue une importante force favorable à la croissance stable et rapide de l'économie mondiale. Selon les statistiques établies par le Ministère chinois du Commerce, au cours de la décennie qui a suivi l'adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), elle a en moyenne chaque année importé des produits et des marchandises d'une valeur totale de plus de 750 milliards de dollars US, ce qui équivaut à la création de quelques 14 millions d'emplois pour ses partenaires commerciaux. Quant aux entreprises étrangères d'investissement installées en Chine, elles ont envoyé chez leurs pays respectifs des profits et des bénéfices d'une valeur totale de plus de 261,7 milliards de dollars US, soit une croissance annuelle des 30%. Les entreprises chinoises d'investissement ont de leur côté recruté et engagé près de huit cent mille personnes parmi les habitants locaux et chaque année, elles versent des impôts dont le montant total est estimé à plus de dix milliards de dollars US.

Bien que la Chine ait apporté une importante contribution au relèvement de l'économie mondiale, toutefois certains politiciens occidentaux continuent à la considérer comme le responsable du déséquilibre commercial mondial. A cet effet, le Ministre chinois du Commerce Chen Deming leur a répondu en faisant remarquer qu'ils voient la Chine seulement en tant que grand pays exportateur et oublient intentionnellement qu'elle est également un grand pays importateur. En réalité, en 2009 au moment où la crise financière se déchaînait, les importations chinoises ont augmenté de 2,8% et parmi les principales entités économiques du monde, la Chine a été la seule à accroître ses importations, puis lorsque le commerce mondial a diminué de 12,9%, la valeur des importations chinoises a continué à augmenté pour dépasser le mille milliard de dollars US.

« Il est à prévoir qu'à un certain moment, la Chine sera à la tête du monde quant à ses exportations. », a indiqué Chen Deming qui a poursuivi en disant que celle-ci deviendra également le plus grand et le plus important marché intérieur du monde. La Chine non seulement fournit aux pays du monde entier des produits et des articles d'usage courant de bonne qualité et à bas prix, mais en même temps ses propres produits sont remplis de grandes marques étrangères, d'articles de consommation de haute qualité et de premier choix ainsi que de produites de luxe en provenance de divers pays du monde. Dans le cas où il n'y aurait pas ce nouveau cas d'équilibre dans le développement, nous aurions alors beaucoup plus de difficultés pour faire face et pour vaincre la crise financière internationale.

La stabilité de l'économie chinoise fait le bonheur du monde.

En réalité, suite au développement rapide de l'économie chinoise, la force et la fermeté de l'économie chinoise apportent une contribution importante à la croissance économique mondiale. D'après les données statistiques fournies par la Banque mondiale, le taux de contribution de la Chine pour la croissance du PIB mondial a été seulement de 4,6% en 2003, alors qu'il s'est accru à 14,5% en 2009, ce qui a permis à celle-ci de devenir la deuxième entité économique du monde et d'occuper la première place mondiale quant à sa contribution apportée. Un rapport d'études réalisé par le géant bancaire américain Goldman Sachs indique que durant la période allant de 2000 à 2009, le taux de contribution globale apportée par la Chine à l'économie mondiale a dépassé 20%, ce qui est supérieure à celle réalisée par les Etats-Unis.

Les effets de la crise financière internationale continuent à s'étendre et à s'aggraver actuellement, alors que pour certaines des entités économiques développées, elles ne se sont pas encore débarrassées de la prise de la dette souveraine, c'est pourquoi les possibilités de la survenance d'une nouvelle crise et d'un nouveau déclin existent toujours. Dans ce contexte-là, le développement stable de l'économie chinoise revêt une importance primordiale. Pour Li Wei, président du Centre d'études sur le Développement du Conseil des Affaires d'Etat, il pense que la Chine ne peut se couper ni se détacher du monde quant à son développement économique et vice versa. Quant à la crise financière et à ses effets qui ont été tellement violents et durables, leur source tire principalement des conséquences accumulées depuis de longues années par suite du déséquilibre structurel de l'économie mondiale. Ainsi, le réajustement de la structure économique constitue pour la Chine, de même que pour le monde entier, une tâche en même temps urgente et difficile à accomplir, car tous les deux, ils doivent ensemble faire face à un défi commun.

« Dans le cas où le réajustement structurel et le changement du mode de développement puissent obtenir des résultats fructueux, la croissance économique chinoise connaîtrait alors une meilleure stabilité, ce qui serait non seulement favorable à la croissance économique mondiale, mais en plus contribuerait à l'amélioration de la qualité de cette croissance. », a fait remarquer Zhao Xijun qui a poursuivi en disant que malgré le réajustement à la baisse à 7,5% de l'objectif du rythme de la croissance économique chinoise durant la période du douzième Plan quinquennal, celle-ci est toujours assez rapide par rapport à la croissance économique des pays de l'Europe et des Etats-Unis. Selon les prévisions de l'OMC, la croissance économique mondiale atteindra cette année 3,3% contre seulement 1,8% pour les Etats-Unis et moins 0,5% pour l'Europe. Dans cette situation-là, il est de toute évidence que la Chine joue un rôle sensible et notable dans la croissance de l'économie mondiale.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 23 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation