Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 18.03.2012 09h54
INTERVIEW: Le ministre espagnol de l'Economie estime que l'économie chinoise joue un rôle vital dans le monde

Le ministre espagnol de l'Economie et de la Concurrence, Luis De Guindos, a estimé que l'économie chinoise jouait un rôle vital dans l'économie mondiale, tant actuelle que future.

M. De Guindos a tenu ces propos lors d'une interview récemment accordée à Xinhua, alors qu'il se prépare à se rendre en Chine le 20 mars prochain, en vue de contribuer au resserrement des liens économiques et financiers entre les deux pays.

"La Chine constitue un élément de stabilité pour l'économie mondiale... la vitalité et le dynamisme de l'économie chinoise ont apporté une contribution fondamentale à l'économie mondiale, et jouent de ce fait un rôle très important", a commenté M. De Guindos.

Il s'est déclaré convaincu que la Chine allait devenir le plus important marché du monde dans les dix prochaines années, et a exprimé son désir de pouvoir coopérer avec elle sur le plan commercial et financier, ainsi qu'en matière d'investissements.

"Compte tenu de l'importance de l'économie chinoise, les entreprises espagnoles ont été amenées à conclure des accords avec des sociétés chinoises dans le secteur de l'investissement. On peut également envisager des accords par lesquels des entreprises chinoises investiraient en Espagne", a-t-il indiqué.

"L'Espagne est un marché important au sein de l'Union européenne... et je pense qu'elle présente un avantage supplémentaire, qui est de pouvoir devenir un tremplin pour les entreprises chinoises en quête de marchés en Amérique latine. En l'occurrence, je pense que maintenir des échanges dans les domaines de l'économie, des finances et des investissements profitera aux deux parties", a assuré M. De Guindos.

Il a également souligné que l'Espagne était une économie largement ouverte aux investissements étrangers.

En ce qui concerne le déficit budgétaire de l'Espagne, le responsable a admis que son pays avait un déficit public relativement élevé, soulignant toutefois que le gouvernement avait promis de le ramener à 3% du PIB d'ici 2013, et que la réduction du déficit permettrait de diminuer l'émission d'obligations et de relâcher les liens entre la dette et le PIB.

M. De Guindos a également reconnu que le taux de chômage en Espagne était d'environ 23%, touchant particulièrement les jeunes. "C'est pourquoi le gouvernement espagnol a mis en oeuvre un programme d'austérité visant à réduire le déficit public, et a entrepris des réformes économiques pour réduire le chômage, surtout chez les jeunes", a-t-il ajouté.

Selon lui, les réformes en matière de travail apporteront une plus grande flexibilité et une meilleure adaptation aux conditions exigées par les entreprises espagnoles, tout en mettant le droit du travail espagnol au diapason du reste de l'Union européenne.

M. De Guindos a ajouté que les pays de la zone euro s'évertuaient à rétablir la confiance des marchés.

"Nous avons signé un nouvel accord concernant la politique de coordination fiscale ; la Banque centrale européenne a injecté des liquidités dans le cadre d'un programme triennal, grâce auquel la situation s'est apaisée sur les marchés de capitaux. Nous avons également donné le feu vert au second plan de sauvetage de la Grèce, qui est lui aussi vital", a-t-il affirmé à Xinhua.

"Je pense que d'ici la fin de cette année, la situation va commencer à se stabiliser, et j'espère que l'année prochaine nous pourrons commencer à renouer avec une situation de croissance économique", a conclu M. De Guindos.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 16 mars
Sélection du Renminribao du 16 mars
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation
Des sessions pas comme les autres