Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 17.02.2012 08h39
Période difficile pour les demandeurs d'emploi occidentaux

Il fut un temps où les Occidentaux avaient la vie facile en Chine. Ils bénéficiaient de salaires importants, d'allégements fiscaux, et d'un traitement privilégié sur le marché du travail. Avoir un visage blanc était un avantage assez précieux.

Mais les choses ont changé. Lors du recrutement, être d'origine étrangère n'a plus tant d'importance.

Contrairement aux années précédentes, les employeurs sont, aujourd'hui, plus pointilleux. Selon Sophie Li, directrice marketing de la filiale de RMG International Business Consulting à Beijing, un cabinet de recrutement, parmi les candidats étrangers ayant une expérience professionnelle et un bagage universitaire, sont préférées les personnes ayant une réelle connaissance de la Chine et de la langue chinoise.

En plus de l'afflux croissant de professionnels étrangers, les concurrents nationaux continuent de perfectionner leurs compétences en langues étrangères et les tactiques en affaires internationales, la nouveauté d'un visage occidental n'est plus.

Selon Li, elle reçoit trois à cinq lettres de candidature par semaine, dont la plupart sont des étrangers d'une trentaine ou quarantaine d'années, avec trois années ou plus d'expérience professionnelle. Alors qu'elle n'en recevait qu'une toutes les deux semaines.

Aujourd'hui, pour les postes subalternes, les étrangers ne peuvent rivaliser avec les diplômés universitaires chinois, lesquels sont prêts à travailler pour un salaire mensuel de 2 500 yuans (396 dollars).

Bien que les opportunités en Chine soient moindres pour les étrangers, on trouve encore énormément de postes vacants pour les candidats expérimentés ayant des compétences professionnelles confirmées.

Plusieurs industries ont signalé une pénurie de talents en Chine, y compris en informatique, en économie d'énergie, en comptabilité et en finance. Pour exemple, on estime que près d'un million d'emplois à travers le pays ne sont toujours pas pourvus dans le secteur de la téléphonie sans fil 3G, et le salaire annuel des ingénieurs 3G devrait atteindre entre 150 000 yuans et 200 000 yuans sur les quatre prochaines années, a rapporté l'agence de presse Xinhua, fin 2011.

Il n'en reste pas moins qu'un forum de professionnels en gestion et comptabilité, qui s'est tenu en août à Beijing, a révélé que la Chine avait environ 3 millions de postes vacants dans ces secteurs.

Pour les candidats expérimentés et maitrisant plusieurs langues, avec de la persévérance et une bonne éthique de travail, la Chine reste une terre de lait et de miel.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 16 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?