Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 19.01.2012 09h21
La Chine va approuver davantage d'investisseurs étrangers qualifiés

La Chine va aller de l'avant en approuvant les investisseurs institutionnels étrangers qualifiés qui souhaitent injecter de l'argent dans les fonds d'investissement chinois, a annoncé un haut fonctionnaire de la Commission chinoise de réglementation des marchés financiers (CSRC).

« Les fonds ouverts à l'investissement public recherchent des investissements de valeur et de long terme, et ils sont les plus importants investisseurs institutionnels sur le marché des capitaux », a indiqué Wang Lin, directeur du département de contrôle des fonds de la commission.

« Nous accordons une grande priorité à attirer des investisseurs institutionnels, et nous continuerons à améliorer l'environnement d'investissement pour les contributeurs étrangers ».

M. Wang a déclaré que 69 entreprises de gestion de capital étaient en activité fin 2011. La valeur des comptes distincts qu'elles géraient représentait 122,4 milliards de yuans (15,2 milliards d'euros), contre 301,7 milliards de yuans pour les fonds de sécurité sociale sous leur mandat.

24 de ces fonds étaient sur le marché depuis plus de 10 ans à la fin de l'année. Bien que le marché chinois des capitaux ait été volatile dernièrement, particulièrement en 2011, le taux de rendement moyen sur plus d'une décennie était de 235,39 %, avec un taux annualisé de 12,86 %.

Dai Xianlong, président du Conseil national pour la caisse de sécurité sociale, a déclaré samedi que la Chine devrait graduellement élever le montant des investissements autorisés pour les investisseurs institutionnels étrangers qualifiés, pour arriver finalement à la suppression des limites fixées sur ce type d'investissement.

M. Dai a souligné que les fonds similaires aux États-Unis et dans les pays européens avaient investi sur les marchés boursiers, certains ayant même placé la moitié environ de leurs actifs en actions.

En Chine, ces entreprises investissent généralement autour de 30 % de leurs actifs de cette manière. Les lois nationales leur interdisent d'investir plus de 40 % en actions.

M. Wang a estimé que les entreprises de gestion de fonds devraient opter pour des stratégies d'investissement qui tirent profit de leurs points forts et atténuent leurs points faibles.

Elles peuvent se pencher sur les exigences de leurs clients et étudier les marchés pour trouver des produits qui procurent un rendement stable avec peu de risque.

« Ces entreprises considèrent toutes une augmentation de taille comme un objectif primordial et cherchent à offrir une gamme complète de produits financiers », assure Dou Yuming, PDG de Fullgoal Fund Management Co Ltd.

« Par ailleurs, elles dépendent excessivement des banques pour vendre ces types de produits. Le résultat final peut être une compétition entre ces entreprises en partageant davantage de revenus avec les banques, au lieu d'innover pour promouvoir leurs produits auprès du public ».

« La concurrence homogène n'est pas bonne pour l'industrie des capitaux ou pour les investisseurs, car elle est incapable de créer de la valeur », a ajouté M. Dou.

M. Dou a appelé les régulateurs à relâcher leurs conditions d'approbation pour les produits de placement, afin que les entreprises puissent avoir plus de choix et de pistes de différentiation.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 19 janvier
Nouvelles principales du 18 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?