Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.08.2011 08h37
Les investisseurs se tournent vers l'art et les grands vins

La volatilité du marché et les graves baisses boursières enregistrées ces derniers temps ont réduit l'attractivité des options traditionnelles d'investissements comme les actions, les obligations et les fonds de pension. « Il n'est donc pas surprenant que les investisseurs se tournent vers des “fonds de passions” », a déclaré Enrique E. Liberman, président de The Art Fund Association, basée à New York.

« De plus en plus d'argent en provenance d'Asie est investi dans ces fonds. Nous avons entendu parler d'un fonds concernant un diamant rare d'une couleur spéciale ciblant la Chine. Les fonds de grands vins regardent également dans cette direction », a-t-il ajouté.

Les riches investisseurs ne considèrent plus ces investissements comme un caprice ou un loisir coûteux. Ces fonds leur permettent au contraire de diversifier leur portefeuille, normalement plus traditionnel et d'éviter ainsi les effets de l'inflation.

Selon le Rapport sur la richesse Hurun 2010, la Chine compte 875 000 millionnaires, 6,1 % de plus qu'en 2009.

Cette hausse s'explique notamment par la hausse des prix de l'immobilier, le redressement de la bourse et la solidité générale de l'économie chinoise, selon le fondateur de l'initiative du Rapport Hurun, Rupert Hoogewerf.

« Pour ceux qui ont les moyens, peu importe le nombre de maisons, voitures, avions et bateaux. Les Chinois ont tendance à acquérir des biens plus tangibles. »

« Les fonds de passion, qui sont une sous-catégorie d'investissements, donnent l'opportunité de diversifier les portefeuilles dans un domaine qui a toujours eu de bons retours sur investissements et qui n'a que peu de liens avec les autres types d'investissements », explique Liberman.

La forte demande en provenance de Chine a également provoqué une hausse du prix des grands crus.

L'année dernière, les investisseurs ont enregistré d'excellents gains, avec des prix en hausse de 40 % pour les grands crus, selon l'Indice Liv-ex Fine Wine 100.

Ces retours ont dépassé ceux du FTSE 100, en hausse de 9 %.

Les spécialistes des investissements dans le vin ont annoncé que le Live-ex augmenterait encore de 21 % cette année.

La plupart des millionnaires chinois, âgés en moyenne de 39 ans essaient de ne pas se faire remarquer. Leurs biens luxueux se limitent à des montres, de l'art classique chinois et à trois voitures en moyenne. Beaucoup sont également attirés par l'art.

Alors que la Chine a dépassé le Royaume-Uni comme 2ème plus grand marché de ventes aux enchères et galeries d'art et devient une force d'achat importante et que les sociétés de vente aux enchères chinoises enregistrent des ventes records, « nous avons identifié une opportunité pour les fonds d'art dans le pays », explique Daniela Sanchez, conseillère dans le domaine de l'art et associée au sein de Fine Art Fund Group Ltd


Presque tous les acheteurs du marché d'art chinois sont d'origine chinoise, et au niveau mondial ils représentent entre 5 et 15 % et continuent à augmenter.

« L'arrivée des collectionneurs de la partie continentale de Chine a ravivé l'intérêt des collectionneurs occidentaux, de Taiwan et Hong Kong », a expliqué Sergey Skaterschikov, directeur général et fondateur de Skate's Art Market Research, société de conseil et recherche sur l'investissement dans l'art.

Selon Artprice.com, site d'information sur le marché de l'art, les revenus mondiaux des ventes aux enchères de l'art ont presque doublé en 2010 pour atteindre 9,36 milliards de dollars. La Chine a représenté 33 % du total.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Hu Jintao en tournée d'inspection dans la province du Guangdong
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale